Les céramiques de Montières, une aventure artistique méconnue

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/04/2017 à 10H54, publié le 05/04/2017 à 10H10
Les céramiques de Montière, une histoire méconnue.

Les céramiques de Montière, une histoire méconnue.

© France 3 Culturebox

Amiens, haut lieu de la céramique française ? Ce fut le cas pendant vingt ans, de 1917 à 1933. Il y a un siècle, à Montières, un quartier de la capitale picarde, débutait une production unique de céramiques. Une aventure tombée dans l’oubli mais qui revit grâce à des collectionneurs passionnés.

En 1915, deux associés créent une petite faïencerie à Montières, un quartier d'Amiens. Mais une fois mobilisés sur le front, ils cèdent leur entreprise à l'industriel amiénois Désiré Borck en 1917. Ce dernier confie la direction artistique de l'atelier de céramique à Jean Barol, un potier confirmé venu de Cannes et ancien élève de Clément Massier, l'un des plus célèbres céramistes de la fin du XIXe siècle.

Pour fabriquer les pièces, il embauche des artistes, pour certains déjà présents dans la région : ils avaient été recrutés pour exercer leur talent au sein du premier atelier de camouflage français où plus de 200 artistes fabriquaient de faux arbres, de fausses vaches pour tromper l’ennemi. 
 
Dans les premiers temps, la terre utilisée pour les céramiques vient de Vallauris, elle est rouge et les décors sont de style Napoléon III. Sur chaque pièce, une signature, celle de la Faïencerie picarde. A partir de 1920, la direction change et la manufacture connait un essor très important. En 1927, la SARL de la Céramique d’art de Montières est créée. L’Art Nouveau devient le style prédominant. La crise de 1929 affaiblit le site qui ne garde que 3 collaborateurs avant de s’éteindre en 1936, minée par la concurrence étrangère.

Reportage : France 3 Picardie - J. Delance / J. Croci / S. Le Fur
Aujourd'hui, le fils d'un collectionneur qui a rassemblé une centaine d'oeuvres souhaite que ces pièces uniques, très prisées des collectionneurs, ne soient pas dispersées mais exposées au grand public. Reste à a savoir si le musée d'Amiens qui est en pleine rénovation sera prêt à faire une petite place à cette aventure artistique qui représente une partie méconnue de son histoire.