Le Louvre veut percer les mystères des trésors du prince celte de Lavau

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/06/2017 à 15H17, publié le 30/05/2017 à 15H27
Benoit Mille, archéologue métallurgiste devant les scanners des trésors du prince celte de Lavau

Benoit Mille, archéologue métallurgiste devant les scanners des trésors du prince celte de Lavau

© France 3 / Culturebox

En mars dernier, l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives rendait publique la découverte à Lavau près de Troyes, du caveau d'un prince celte remplit de trésors inestimables. Les travaux d’études de ces objets datant de 500 ans avant J.C. ont débuté au Musée du Louvre, où chaque pièce est minutieusement analysée.

Comme à chaque fois que des travaux routiers ou d'infrastructures sont entrepris, l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) fouille les lieux, afin d’y déceler de potentiels trésors enfouis. Et c’est une découverte que les archéologues qualifient eux-mêmes d’"exceptionnelle" qui a été rendue publique le 4 mars dernier à Lavau, dans l’Aube : celle du caveau d’un prince celte, datant d’environ 500 avant Jésus-Christ, recelant d’objets minutieusement sculptés d’une valeur inestimable. 

Reportage : France 3 Champagne-Ardenne - O. Faissolle / R. Doumergue / F. Thery
A l’intérieur du caveau mérovingien, les prestigieux objets décelés prouvent la puissance du prince celte : un chaudron de bronze, par exemple, d’un mètre de diamètre et dont les anses sont ornées de la tête du dieu grec Acheloos, un dieu fleuve. Benoît Mille est archéologue métallurgique et étudie les pièces retrouvées dans le caveau. Il décrypte la rareté du chaudron : "Ces très grandes vaisselles, vraisemblablement fabriquées en Méditerranée, n’existent pas habituellement dans ces dimensions. Cela veut sans doute dire que ces pièces ont été fabriquées spécialement pour des princes celtes qui souhaitaient afficher leur statut de façon très ostentatoire."
Le chaudron exhumé est orné aux quatre anses de la tête du dieu grec Acheloos, un dieu fleuve.

Le chaudron exhumé est orné aux quatre anses de la tête du dieu grec Acheloos, un dieu fleuve.

© France 3 / Culturebox
L’immense chaudron retrouvé n’est pas le seul objet prestigieux à avoir été exhumé. Les archéologues ont également déterré un vase en céramique dont le pied et le bec sont en or. Une pièce dont les ornements prouvent qu’il s’agit d’une commande personnalisée. Constater que les objets voyagent et que les cultures se mélangent révèlent aux historiens la puissance du prince. Les phénomènes d’acculturation ne sont pas rares, et ils sont le témoignage d’un pouvoir fort, étendu et respecté.
Le vase retrouvé dans le chaudron était utilisé pour servir le vin contenu dans ledit chaudron.

Le vase retrouvé dans le chaudron était utilisé pour servir le vin contenu dans ledit chaudron.

© France 3 / Culturebox
Tous les objets retrouvés dans le caveau sont actuellement dans les sous-sols le Musée du Louvre, au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France. Un microscope électronique à balayage analyse actuellement les nombreux bijoux en or retrouvés dans la tombe. Une étude minutieuse qui permet de dater les objets en fonction de leurs compositions chimiques, mais aussi d’en apprendre davantage sur les techniques de conception comme l’explique Dominique Robcis, chef de travaux d’art : "On va regarder une trace de gravure pour pouvoir mesurer très précisément la trace, la profondeur, le profil de l’outil qui est vraiment un marqueur de l’atelier." 

Les analyses permettent de connaître plus précisément la manière avec laquelle ont été confectionnés les objets. 
Les bijoux retrouvés sont tous intégralement en or.

Les bijoux retrouvés sont tous intégralement en or.

© France 3 / Culturebox
Les précieuses découvertes seront exposées au public d’ici fin 2018, à Troyes.