La reconstruction du château d'Avully ou l'histoire d'une passion familiale

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 31/08/2016 à 18H17
Le père de Michel et Pierre Guyon a racheté les ruines du château en 1971.

Le père de Michel et Pierre Guyon a racheté les ruines du château en 1971.

© capture d'écran France 3 / Culturebox

Le château d'Avully à Brenthonne en Haute-Savoie, c’est l’histoire d’une passion familiale. Racheté il y a 46 ans, l’édifice médiéval a été entièrement reconstruit par un homme et ses fils. Retour sur l’œuvre d’une vie.

Le château d’Avully à Brenthonne près de Thonon, devient petit à petit une référence touristique en Haute-Savoie, et ce grâce à un homme. "Mon père a racheté ce château en ruine en 1971 et l’a restauré depuis, explique Michel Guyon, l’un des propriétaires.. C’est un château qui est passé de main en main plusieurs fois et la dernière fois il était occupé par des fermiers qui n’était pas propriétaires et qui l’ont laissé tomber en ruine". 

Des enfants projetés au Moyen-Âge

Le château d’Avully est daté du 12e - 13e siècle, mais son édifice de départ reposerait sur les ruines d’une villa gallo-romaine du 1er siècle. Pour reconstruire l’édifice, des recherches dans les archives départementales ont été nécessaires afin de retrouver toutes les informations historiques concernant son apparence d’antan.
L’aventure familiale n’a pas manqué de plonger les enfants dans un autre monde, comme en témoigne Michel Guyon. "Nous y avons cru en ce projet parce que notre père nous a emmené dans une entreprise qui nous projetait dans un univers fantastique, c’est-à-dire au Moyen-Âge". Un projet dans lequel les enfants ont eu "entièrement confiance".

Reportage : I. Colbrant / J. Rivet / T. Huynh

 

Un futur lieu culturel

Aujourd’hui, le château se visite, accueille des festivals de musique et des réceptions. Mais même si son entretien demande des moyens importants, la passion s’est transmise de père en fils. "Nous avons pris la relève au pied levé, puisque notre père a maintenant 98 ans et a donc lâché son emprise sur le château. Nous espérons pouvoir continuer au moins jusqu'à son âge", confie Michel Guyon. Pour conserver la mémoire du lieu, le château recèle un petit musée. "Il ne faut jamais oublier l’histoire qui nous permet de réfléchir et le passé conditionne l’avenir", souligne Pierre Guyon.

L’objectif des propriétaires est clair, transformer ce lieu en un centre culturel et proposer des expositions.