La bague de l’amour de jeunesse de Napoléon de retour à Valence

Par @Culturebox
Publié le 28/03/2017 à 17H56
La bague offerte par le jeune Bonaparte à son amour de jeunesse, a été adjugée 36 250 euros lors d'une vente à Fontenaibleau le 26 mars 2017.

La bague offerte par le jeune Bonaparte à son amour de jeunesse, a été adjugée 36 250 euros lors d'une vente à Fontenaibleau le 26 mars 2017.

© Culturebox / Capture d'écran

C’est une belle prise pour l’association "Bonaparte à Valence" qui tente depuis des années de récupérer les objets témoins des séjours de l'Empereur dans la ville. Ses membres ont réussi à acquérir aux enchères la bague offerte par le jeune lieutenant Bonaparte à son amour de jeunesse

Nous sommes en 1785, le lieutenant Bonaparte a 17 ans et il est cantonné à Valence avec son régiment. Il y fréquente la bonne société et rencontre Caroline du Colombier dont il tombe amoureux. Un amour qui toutefois restera platonique comme l’écrira Napoléon à Sainte-Hélène.

On n’eut pas su être plus innocents que nous, je me souviens encore d’un matin piquant, au milieu de l’été, au point du jour, on le croira avec peine, tout notre bonheur se réduisit à manger des cerises ensemble.

Napoléon Bonaparte

Reportage : H. Chapelon / S. Hyvon / V. Bonnier

Près de 3 fois l’estimation

Cette bague est un véritable travail d’orfèvre. Le chaton ovale présente sous verre une scène en ivoire marin très finement ciselée en relief et représentant trois personnes cueillant des cerises, à côté d’un temple antique.

Pour acquérir cette bague et la faire revenir dans la ville qui a vu naître cet amour, l’association "Bonaparte à Valence" a dû casser sa tirelire. En effet les enchères se sont envolées dimanche dernier à Fontainebleau, et la bague a été adjugée pour la somme de 36 250 euros. Près de trois fois l’estimation initiale.

Alors l’association va lancer prochainement une souscription publique pour trouver de généreux passionnés de l’Empereur qui l’aideront à financer cet achat exceptionnel. 

Bague 1er amour de Napoléon 2 © Culturebox / Capture d'écran