"La vie sans visage": Armand Rouleau tire le portrait des Gueules cassées

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 22/01/2014 à 11H58
Une des "gueules cassées" photographiées © France 3

"La vie sans visage" est une exposition du photographe Armand Rouleau proposée à Grenoble et consacrée aux "Gueules cassées", ces mutilés du visage, souvent à cause de la guerre.

La première guerre mondiale fut atroce : jamais on n'avait dénombré autant de morts, de blessés, de mutilés. Les bombes ont fait des dégâts sur les corps et les visages, les maladies liées au gaz se se sont développées. 

En 1921, trois soldats gravement blessés au visage font le constat suivant : lorsque l'on est dans cette situation, on doit faire face au rejet, au dégoût, même parfois de ses proches. On n'a nulle part où aller entre deux opérations de reconstrtuction. On est jeune, mais presque sans avenir.

Les militaires décident donc de créer une association de soutien qu'ils baptisent "Gueules cassées". La préfecture de Paris refuse le terme, et l'organisation est officellement baptisée "Union des blessés de la face et de la tête". Mais l'expression reste.

En 1927 l'association est officiellement reconnue d'utilité publique. Elle récolte des fonds par le biais d'une tombola. Une première maison d'accueil ouvre ses portes aux plus éprouvés.

D'autres conflits voient le jour, toujours destructeurs, et la mission d'entraide se poursuit. C'est cette histoire qu'Armand Rouleau conte en silence, dans ses photographies pudique et sincères.

Le reportage de Damien Borrely, Yves-Marie Glon, Laétitia Di Bin :


"La vie sans visage" d'Armand Rouleau
Musée de la Peinture à Grenoble jusqu'au 26 janvier 2014.