De la guerre à la paix, les jouets belges pendant la 1ère guerre mondiale

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 03/03/2014 à 12H50
Les jouets belges en 1914-1918 © France 3

A Bruxelles, une exposition qui regroupe plus de 800 objets raconte l’histoire du jouet entre 1914 et 1918. L’on y découvre que le jouet même s’il n’excluait pas la guerre, n’était pas seulement guerrier. Il évoquait aussi la paix. La preuve que le jouet est peut-être trop sérieux pour être laissé aux seuls enfants…

Reportage: Christelle Massin, Alain Mery et Vincent Dusausoy
En 1914, en Europe, le jouet est essentiellement allemand. L’Allemagne est en effet le pays où la production en est la plus abondante en créativité et en qualité. Avec la guerre, la Belgique comme la France voient leur production de jouets prendre davantage d’importance. Si depuis le milieu du XIXème siècle, les jouets avaient essentiellement une fonction éducative, avec la guerre, ils prennent aussi une connotation patriotique.
Les petits soldats © France 3
Le jouet ou comment apprivoiser la guerre
Dans le contexte tourmenté de la guerre et surtout à proximité des zones du conflit, les jouets, par leur réalisme, permettent aux enfants de "jouer à la guerre" et en reconstituant des scènes de combat dont ils ont entendu parler autour d’eux, de la comprendre et même de dominer les situations traumatisantes que certains connaissent. Parce qu’en jouant, les situations ne sont plus imposées mais dominées, maitrisées par le joueur.

Dans certains cas, cela devient l’équivalent d’une thérapie. Par exemple, Simone de Beauvoir qui, dans "Les mémoires d’une jeune fille rangée" raconte qu’en 1914 , elle avait "tout de suite fait preuve d’un patriotisme exemplaire en piétinant un poupon de celluloïd « made in Germany » qui d’ailleurs appartenait à ma sœur"…
Une ferme traditionnelle © f3
Mais dans cette période, les jeux ne sont pas que guerriers, ils évoquent aussi la paix passée ou à venir, moins douloureuse que leur difficile quotidien, au travers de maisons, de jeux plus pacifiques et d’activités qui sont à jamais celles des enfants comme par exemple des chevaux de bois, des cubes ou des jeux de l’oie ou de cartes.  
Des toiles de Amédée Lynen © France 3
Les jouets de 14-18 à la maison Maison Autrique
Du mercredi au dimanche (fermé les jours fériés) de 12h à 18h (Dernière entrée 17h30).
Jusqu’au 19 novembre
266 Chaussée de Haecht 1030 Bruxelles (Schaerbeek)

 
.