"Ceux de 14" d'après Maurice Genevoix : les poilus bientôt sur France 3

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/01/2014 à 16H30, publié le 07/05/2013 à 15H23
Trois "poilus" sur le tournage de "Ceux de 14" prochainement sur France 3

Trois "poilus" sur le tournage de "Ceux de 14" prochainement sur France 3

© Capture d'écran Culturebox

Lazare Ponticelli, le dernier poilu français, est mort en 2008, refermant une page de l'histoire. L'écrivain Maurice Genevoix, ancien combattant de 14 disparu en 1980, a livré un vibrant témoignage dans un recueil de récits : "Ceux de 14". A l'occasion du centenaire de la Der des Ders, France 3 diffusera en novembre 2014 l'adaptation du récit de cette expérience pleine d'humanité. Contre l'oubli.

En comparaison avec la seconde guerre mondiale, qui a inspiré un grand nombre de cinéastes, la Grande guerre a été relativement peu transposée à l'écran. A l'heure actuelle, il semblerait que ce soit Stanley Kubrick dans "Paths of Glory" (1957) qui ait le mieux su rendre compte de l'atmosphère présente dans les tranchées. 
Dans "Ceux de 14", adaptation des écrits de l'ancien poilu et écrivain Maurice Genevoix en 6 épisodes de 52 minutes, point de militantisme ou d'antimilitariste. Il s'agit avant tout de rendre compte d'une expérience intime portée par la vision d'un homme au caractère bien affirmé. C'est le jeune comédien Théo Frilet, très remarqué grâce à son rôle de Guy Moquet dans un précédent téléfilm, qui incarnera Maurice Genevoix, officier au 106e Rl.

Le tournage a débuté depuis le 22 avril à Thierville-sur-Meuse, dans la Meuse, région où Genevois a été grièvement blessé. Une équipe de France 3 s'est rendu sur place à la rencontre des poilus acteurs habillés de pied en cap dans une chaleur étouffante, au plus près de leurs personnages. 

Reportage de D. Poncet, G. Pignol, L. Crouzillac, M. Fouletier
Humanité dans l'enfer des tranchées

Au début du conflit, tous les soldats pensent rentrer passer Noël en famille. Mais la guerre s'enlise dans l'enfer des tranchées où la boue et l'attente sape le moral des troupes. Ces instants, pleins de doutes et d'incertitudes, Maurice Genevoix les a connu. Moments de joie, franches rigolades avec les copains, angoisse de mort, tout s'entremêle au milieu du bourbier. Dans ces écrits, il est parvenu à rendre compte du quotidien des soldats dans la guerre avec un regard empreint d'une certaine poésie et pourtant curieusement objectif. Par le biais d'un récit impeccablement détaillé et riche en description, Genevoix donne à voir sans fioritures les liens qui se tissent entre poilus. Il livre un récit poignant au plus près de ce son expérience, qui tente de révéler une vérité humaine. 

Genevoix a réussi à ce que ses compagnons deviennent proches. Ce ne sont pas des va-t-en-guerre, il n’y a pas d’héroïsme clinquant, bidon. Ils ont des projets, des fiancées, et ils sont projetés là-dedans. En 14/15, on est presque encore dans un monde innocent, c’est troublant. Et c’est très intéressant pour un cinéaste. », explique le réalisateur Olivier Schatzky. Au final, la plupart des soldats étaient des gamins de 20 ans qui n'avaient aucune expérience du combat et de la discipline militaire.
Grâce à une écriture simple et très visuelle, Olivier Schatzky espère pouvoir coller le plus fidèlement possible à la réalité du conflit pour un téléfilm qui compte bien éviter les éceuils du romanesque pour se concentrer sur sa vertu première : transmettre l'histoire aux générations futures. 

Maurice Genevoix : le chantre de la mémoire
Portrait de Maurice Genevoix daté des années 40

Portrait de Maurice Genevoix daté des années 40

© HARCOURT / AFP
Pour Maurice Genevoix, l'homme est « comptable de ce qu'il est en mesure de transmettre ». Transmettre, c'est ne jamais oublier et permettre à ceux d'après de ne pas refaire les même erreurs. C'est ce qui a décidé l'auteur à écrire. L'expérience de Maurice Genevoix sur le front a été courte mais intense. Après avoir participé à la bataille de la Marne, il est grièvement blessé en avril 1915 et est rapatrié. En 9 mois de conflit, l'auteur a eu l'occasion de voir l'horreur de la guerre et la crainte des hommes poussés dans leurs derniers retranchements. Mais il ne souhaite pas écrire pour s'épencher. Avec une précision toute chirurgicale, il livre ses souvenirs du front comme un témoin de son temps. 

Dépositaire d'une oeuvre d'envergure tout au long de sa vie, plusieurs ouvrages de Maurice Genevois ont déjà été porté à l'écran, notamment "Raboliot" en 2007 (adaptation télévisée) avec l'acteur Thierry Frémont. En adaptant ce qui est considéré par beaucoup comme le plus riche témoignage littéraire sur la question, France 3 espère rendre un bel hommage à tous les combattants tombés au champ d'honneur.