"Algérie-France" au Mucem : quand les objets racontent l'histoire coloniale

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/04/2017 à 20H48, publié le 28/04/2017 à 17H40
Alger - la Poste, début du XXe siècle, carte postale. 

Alger - la Poste, début du XXe siècle, carte postale. 

© Collection MHFA, Montpellier Méditerranée Métropole - MHFA

Un musée dédié à l'histoire coloniale de la France en Algérie devait voir le jour à Montpellier mais le projet a été abandonné en 2014. Il en subsiste une riche collections d’œuvres et d'objets confiée au Mucem, à Marseille. Une partie de celle-ci est présentée au public jusqu'au 19 juin. L'exposition s'accompagne de tables rondes associant historiens, artistes, architectes et archéologues.

Reportage : C. Pesci / G. Carra / B. Joubert
Le 5 juillet 1830, l'armée française s'empara de la ville d'Alger, mettant fin à trois siècles de domination turque sur l'Algérie. A cette occasion, le Dey d'Alger, gouverneur-sultan de la ville, remit sa selle, son sabre et les clés de la Casbah au Comte de Bourmont, le général en chef de l'expédition. Ces objets témoignant du début de la colonisation française en Algérie font partie de la collection exposée au Mucem. 
Les clés de la Casbah d'Alger. 

Les clés de la Casbah d'Alger. 

© Capture d'écran France 3 Provence-Alpes

Tableaux, cartes postales, affiches, tracts de propagande, poteries... 120 oeuvres et objets retracent cette histoire commune souvent douloureuse entre la France et l'Algérie.

A l'occasion de cette exposition, le Mucem a souhaité inaugurer un dispositif inédit mêlant étroitement installations, tables rondes et concerts. 

La prise d'Alger en 1830. 

La prise d'Alger en 1830. 

© Capture d'écran France 3 Provence-Alpes

Ces tables rondes sont organisées autour de plusieurs thématiques. Elles débutent toutes à 20h mais le public est convié au musée dès 19h pour assister à un concert illustrant le thème de la soirée : musique arabo-andalouse, chaâbi algérois, chant kabyle, musique gnawa ou music-hall algérien.

Programme des tables-rondes


15 mai : Archéologie et ethnologie : le poids des héritages 
Avec Nabila Oulebsir (historienne et architecte), Mounir Bouchenaki (archéologue) et Benoît de l’Estoile (anthropologue)

29 mai : Visages urbains et architecture coloniale
Avec Nadir Tazdait, Pascale Langrand (architectes) et Bruno Boudjelal (photographe)

12 juin : La place de la guerre dans les mémoires
Avec Alexis Jenni (écrivain) et Fouad Soufi (historien)

19 juin : Dépasser 1962
Avec Boris Cyrulnik (psychiatre), Ahmed Djebbar (historien, ex-membre du Conseil d’administration du Musée d’Histoire de la France et de l’Algérie) et Benjamin Stora (historien, ex-membre du Conseil d’administration du Musée d’Histoire de la France et de l’Algérie)