François Mitterrand le bâtisseur : une trace dans l'Histoire

Par @Culturebox Rédacteur en chef adjoint de Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/10/2016 à 11H33
La pyramide du Louvre

La pyramide du Louvre

© France 3 / Culturebox

François Mitterrand aurait eu 100 ans aujourd'hui. Il est entré dans l'histoire en devenant, le 10 mai 81, le premier président de gauche de la Ve République. Très vite il a lancé une politique de grands travaux dans le domaine culturel. La pyramide du Louvre, l'opéra Bastille, la grande Arche de La Défense et la Grande Bibliothèque, entre autres, sont autant de traces laissées dans l'histoire.

Je suis de ceux qui croient q'une politique culturelle est à la base de toute autre politique; qu'il faut que les Français se retrouvent dans leur histoire, dans leur art, dans leur passé pour qu'ils sachent mieux avoir l'ambition de leur avenir.


C'est ainsi que François Mitterrand explique, en 1987 sous la pyramide du Louvre, sa politique de grands travaux culturels menés depuis le début de son 1er septennat.

Reportage : A. Bourse / P. Conte / M. Gualandi / C. Chen

On a eu ce culot, on a eu cette audace. En quelques mois nous avons pris des décisions qui aussitôt se sont ancrées dans la réalité.


Ainsi parle Jack Lang, 35 ans après cette page d'histoire tournée par François Mitterrand dans la foulée du 10 mai 1981. L'ancien ministre de la culture et le chef de l'Etat étaient très proches intellectuellement ce qui a permis de lancer très vite ce programme de grands travaux dans le monde de la culture. 
Jack Lang explique pourquoi tout est allé si vite : "Quand nous disions, avant 81 : le socialisme c'est d'abord un changement culturel, on le pensait très profondément. Et je persiste à le penser d'ailleurs."
Comme il y avait une volonté, il y avait un chemin.

Une pyramide vivement décriée

Mais un chemin semé d'embûches car les choix présidentiels comme la construction de la pyramide du Louvre commandée en 1983 à l'arcitecte Peï, ont déclenché un torrent de polémiques. C'est un chantier titanesque qui va mettre une touche de modernité dans l'historique cour Napoléon. 
Trois décennies plus tard, elle est inscrite dans le paysage, inspire les touristes photographes et les selfies; et apparaît comme une réussite aussi bien fonctionnelle qu'architecturale souligne François Chaslin, critique d'architecture: " François Mitterrand a inscrit là quelque chose qui est à la fois grave et méditatif (une pyramide renvoie à de très anciennes traditions) et c'est un bâtiment d'une assez grande élégance structurelle. Cette façade de verre, relativement peu bavarde se double, à l'intérieur de toute une résille métallique d'une grande élégance."

Autre symbole de l'ambition présidentielle, la grande bibliothèque, devenue Bibliothèque François Mitterrand. Ses quatre grands bâtiments en forme de livres ouverts sur une esplanade de bois abritent plus de 14 millions d'ouvrages.

Les Grandes opérations d'architecture et d'urbanisme 

Le musée d'Orsay, projeté par Valéry Giscard d'Estaing est considéré comme le premier des grands projets de François Mietterand.
Le Palais Royal et les colonnes de Buren elles aussi très décriées.
Colonnes Buren au Palais Royal © LOIC VENANCE / AFP

Le Parc de la Vilette avec la Cité de la Musique
La Grande Arche de La Défense
Le Grand Louvre partant du déménagement du ministère des finances de l'aile Richelieu vers Bercy jusqu'à la pyramide de Peï.
Le ministère de l'Economie et des Finances à Bercy
L'"Institut du Monde Arabe que préside aujourd'hui Jack Lang
L'Opéra Bastille pour décharger l'Opéra Garnier. Il sera inauguré en 1989.
L'Opéra Bastille © France 3 / Culturebox

La Bibliothèque nationale de France
Le Centre culturel Tjibaou à Nouméa. Prévu dans les accords de Matignon de 1988, il a été imaginé par Renzo Piano et achevé en 1998, deux après la mort de François Mitterrand le bâtisseur.
Le Centre culturel Tjibaou

Le Centre culturel Tjibaou

© MARC LE CHELARD / AFP


Le coût des travaux, estimé à 6 milliards d'euros, a lui aussi été beaucoup critiqué. Mais depuis, Paris n'est plus la même.