Feuilleton : "Les 1000 vies d'Emile Guimet" 5/5

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/03/2012 à 16H18
Emile Guimet

Emile Guimet

© DR

Le musée des Beaux-Arts de Lyon accueille jusqu'au 2 juillet 2012 une exposition exceptionnelle qui dévoile la collection des antiquités égyptiennes du célèbre découvreur lyonnais Emile Guimet. "Un jour, j'achetai une momie..." relate le voyage extraordinaire que fit le jeune industriel en 1865 en Egypte. Une rencontre décisive qui provoqua alors sa passion pour la collection d'objets antiques. Une équipe de France 3 Lyon nous révèle en avant-première le voyage initiatique de ce passionné.

Episode 1 : Emile Guimet : Le voyage en Egypte

Jeune homme issu de la riche bourgeoisie lyonnaise du XIXe siècle, Emile Guimet hérite à  la mort de son père en 1860, de son industrie florissante. Humaniste et bienfaiteur, il souhaite faire de son entreprise un lieu de convivialité où les ouvriers  trouvent un certain bien-être. Dès lors il introduit certaines activités artistiques comme la pratique de la musique.
De nature curieuse, Emile Guimet avait le goût et les moyens financiers de voyager à l'étranger. En 1865 il effectue un voyage en Egypte. Une découverte qui s'avère centrale dans sa passion pour les antiquités égyptiennes. Il acquiert au fur et à mesure de ses voyages des objets rares : figurines en terre émaillée, dieux en bronze, papyrus et momies qu'il ramène chez lui.
Face au peu d'enthousiasme des institutions lyonnaises, cette impressionnante collection est transférée à Paris. Aujourd'hui elle revient à Lyon pour une exposition admirable.

Episode 2 : Emile Guimet : Le Bleu outremer 

En 1824 la Société d'encouragement pour l'Industrie Nationale lance un concours pour découvrir la formule chimique qui permettra de remplacer le véritable "bleu outremer" (hors-de-prix). Jean-Baptiste Guimet, le père d'Emile, participe au concours et invente en 1826 un pigment synthétique :  le "bleu Guimet". Sa formule chimique remporte le prix et devient magique. Dès lors elle garantit l'expansion florissante des usines Guimet à Fleurieu-sur-Saône (Rhône) et gagne le monde entier s'imposant comme la référence du colorant "bleu outremer" de synthèse.
Emile Guimet, hérite à la mort de son père en 1871, d'une industrie en plein essor et d'un nom associé à une couleur.

Episode 3 : Un musée des religions

Grand amateur d'art oriental, Emile Guimet, rapporte de ses différents voyages en Asie des copies d'objets de culte et des livres. Il découvre au Japon, en Chine puis en Inde une autre approche de la religion. A son retour à Lyon il envisage de créer une école de langues orientales, spécialement pour le japonais, ce projet se solde par un échec, il implante alors un « musée religieux ». Le musée Guimet, installé boulevard des Belges dans le sixième arrondissement de Lyon est inauguré le 30 septembre 1879 par Jules Ferry. En 1909 la ville récupère le bâtiment et y installe le muséum d'histoire naturelle. Aujourd'hui le lieu est vacant, la collection du muséum trouvera place dans le futur "musée des Confluences".

Episode 4 : Le musicien

Ferru d'art et de culture, Emile Guimet est un fin mélomane. Très tôt  il compose des chansons et met en musique des poèmes de Victor Hugo ou Alfred de Musset. En 1894 il compose son oeuvre lyrique ,Taï-Tsoung, l'opéra en cinq actes qui retrace la vie de l'empereur chinois est réprésenté à l'opéra de Marseille.

Episode 5 : Un projet capital

En 1984, Emile Guimet décide de délocaliser son musée à Paris en raison du manque d'enthousiasme que la municipalité lyonnaise réserve à ses projets. Il trouve un accord avec l'Etat, lui octroyant la totalité de ses collections en contre-partie de quoi, le nouvel établissement portera le nom de "musée Guimet" pour l'éternité et Emile Guimet en sera le directeur jusqu'à la fin de sa vie.