Eberhard Matthies repeint les blockhaus de la côte normande

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/06/2013 à 12H01
Un des blokhaus colorés

Un des blokhaus colorés

© Culturebox

Après plus d’un an de travail, l’idée folle de l’artiste allemand Eberhard Matthies de repeindre des blockhaus prend forme. Une mise en couleur réalisée par des lycéens français et allemands pour effacer la noirceur du passé et réunir la jeunesse des deux pays. A observer tout l'été sur la plage de Néville-sur-Mer dans la Manche

À l'origine de ce projet d’envergure initié en 2011, l'artiste et scénographe allemand Eberhard Matthies, qui partage sa vie entre Saint-Vaast-la-Hougue dans le Cotentin et Magdebourg en Allemagne où il est né en 1937. Matthies qui a vécu la chute du Mer de Berlin et la réunification de l’Allemagne rêve de l’unification intellectuelle, morale et culturelle de l’Europe. Il s'est interrogé sur le devenir des traces de la dernière guerre, et notamment ces blockhaus présents en nombres sur les plages normandes. Des traces de la folie des grandeurs de certains hommes qui témoignent comme il le dit lui-même de la grandeur de la folie. Pour effacer ses taches grises Eberhard Matthies a eu l’idée de les repeindre de couleurs vives.
 
Initialement le béton devait être recouvert d’une peinture biodégradable mais devant les inquiétudes de certains, ce sont finalement des bâches peintes par les lycéens allemands et français sous le regard de l’artiste qui ont été accrochés sur les bunkers. L’installation doit rester en place tout l’été.

Reportage : R.Mauger, JM.Guillaud, E.Desramé
Ces blockhaus faisaient partie du système de défense cotière construit sur la côte occidentale de l'Europe par l'Allemagne nazie durant la seconde guerre mondiale. Appelé le Mur de l’Atlantique, il était destiné à empêcher une invasion du continent par les Alliés depuis la Grande-Bretagne. Ces fortifications s'étendent de la frontière franco-espagnole jusqu'au nord de la Norvège, la plus grande concentration se trouvant sur le littoral de la Manche et de la Mer du Nord. Rien qu'en Normandie on estime que deux mille ouvrages avaient été construits sur les côtes.