Des pièces d'une valeur inestimable volées au Musée chinois de Fontainebleau

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/03/2015 à 18H46
L'une des pièces dérobées : un "cosmogramme" (représentation cosmographique tibétaine), la rosace centrale symbolisant les étages du Mont Méru Tibet.

L'une des pièces dérobées : un "cosmogramme" (représentation cosmographique tibétaine), la rosace centrale symbolisant les étages du Mont Méru Tibet.

© RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot

Une quinzaine d'oeuvres d'art, rassemblées par l'impératrice Eugénie et provenant du royaume de Siam et de Chine, ont été volées ce dimanche 1er mars au matin au Musée chinois du château de Fontainebleau.

"Les malfaiteurs sont entrés par effraction peu avant 6 heures, a indiqué le ministère de la culture dans un communiqué, précisant que l'effraction n'avait duré que sept minutes, dans ce lieu parmi "les plus sécurisés du château, doté d'alarmes et de caméras de surveillance".
 Réplique de la couronne des rois de Siam offerte à Napoléon III (Thaïlande, 19e siècle)

 Réplique de la couronne des rois de Siam offerte à Napoléon III (Thaïlande, 19e siècle)

© RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot
La couronne du roi de Siam, un mandala tibétain et une chimère chinoise

Parmi les objets dérobés, rassemblés par l'impératrice Eugénie dans son musée Chinois en 1863, figurent notamment la couronne du roi de Siam, offerte par les ambassadeurs de Siam à Napoléon III lors de la visite officielle de  1861, un mandala tibétain et une chimère chinoise en émail cloisonné du règne de Qianlong (1736-1795), précise le ministère.
Chimère chinoise du règne de Qianlong (1736-1795) en émail cloisonné.

Chimère chinoise du règne de Qianlong (1736-1795) en émail cloisonné.

© RMN-Grand Palais (Château de Fontainebleau) / Gérard Blot
"C'est un choc et un traumatisme très grand", a indiqué le président du château de Fontainebleau, Jean-François Hebert. "On a le sentiment que ce sont des gens très déterminés, qui savaient très  précisément ce qu'ils voulaient trouver, et qui ont opéré de manière très professionnelle", a-t-il ajouté, soulignant que les pièces dérobées étaient "uniques" et "d'une valeur inestimable".
Le Musée chinois de l'impératrice Eugénie, au sein du Château de Fontainebleau.

Le Musée chinois de l'impératrice Eugénie, au sein du Château de Fontainebleau.

© GERARD BLOT / Château de Fontainebleau / RMN-Grand Palais
Ces pièces sont "parmi les plus beaux objets du musée", a-t-il poursuivi, indiquant que des vases et d'autres chimères figuraient aussi parmi les oeuvres dérobées. "Les objets ayant été choisis pour leur beauté, leur valeur artistique, on espère les retrouver un jour" grâce à l'Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC), a-t-il dit.

Le précédent vol avait eu lieu il y a 20 ans

Le précédent vol au château de Fontainebleau avait eu lieu en 1995. Quinze objets avaient alors été dérobés au musée Napoléon, dont neuf ont été retrouvés à ce jour. Un représentant du parquet de Fontainebleau s'est rendu sur place dans la matinée. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Melun.