Des oeuvres volées par les nazis exposées aux Beaux-Arts de Rennes

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/11/2015 à 12H01
L'une des salles d'exposition du musée des Beaux-Arts de Rennes

L'une des salles d'exposition du musée des Beaux-Arts de Rennes

© France 3 / Culturebox

Une exposition entièrement composée d'oeuvres d'art pillées par les nazis pendant l'occupation est proposée au musée des Beaux-Arts de Rennes. Ces pièces appartenant essentiellement à des propriétaires juifs ont été récupérées après la défaite du IIIe Reich. Adolf Hitler, et surtout Hermann Goering les collectionnaient, pour leur valeur financière mais aussi pour leur attrait artistique.

L'histoire des plus importantes oeuvres pillées par les nazis dans les pays qu'ils occupaient a été portée à l'écran en 2014 . "Monuments Men" narrait l'aventure  d'un groupe d'artistes et d'historiens de l'art ou d'architectes. Ils avaient pu récupérer des joyaux de la création artistique européenne gràce à une attachée de conservation du musée du Jeu de Paume à Paris. C'est en effet par cette institution que transitaient les oeuvres volées et qui partaient pour l'Allemagne. Les listes que Rose Valland avait constituées ont permis d'identifier et de localiser les oeuvres annexées par le Reich et d'en retrouver un grand nombre.

Reportage : R. Bendayan / S. Lenauld / J. Nolwenn

Mise en coupe réglée
Mais ces chefs-d'oeuvre ne constituaient que la partie la plus spectaculaire d'une mise en coupe réglée des collections publiques et privées, notamment de celles appartenant à des propriétaires juifs. Dans l'esprit d'Hitler, les oeuvres devaient alimenter les collections d'un futur musée géant, le Fürhermuseum. Il devant être construit à Linz et ne verra jamais le jour. Pour Hermann Goering, le numéro deux de l'Etat nazi, il s'agissait de venir grossir ses propres collections. Véritable passionné de peinture, et principalement de celle de la Renaissance, le Reichsmarschall entassait un nombre colossal de tableaux. Quand il se déplaçait à travers l'Europe occupée, le dernier wagon de son train était destiné à contenir les oeuvres récoltées par ses sbires. Malgré les positions officielles particulièrement tranchées, Goering ne négligeait pas l'"art dégénéré" puisque des tableaux de Picasso ont été retrouvés dans ses collections.
Gobert Pierre - Jeune fille au masque (détail) (MNR 675)

Gobert Pierre - Jeune fille au masque (détail) (MNR 675)

© Musées Nationaux

Planifié
Il ne faudrait pas croire que le pillage se faisait au hasard des collections rencontrées. Tout avait été planifié avant le déclenchement du conflit, en tout cas en ce qui concernait les musées. Les collections ou oeuvres appartenant à des propriétaires juifs étaient tout simplement confisquées. Dès 1933, ces spoliations basées sur le critère discriminatoire avaient commencé en Allemagne même.

Retrouvées à 60%
Environ 60% des oeuvres volées par les nazis (entre 100 000 et 400 000 selon les sources) ont été retrouvées après guerre. Nombre d'entre elles étaient stockées dans trois mines des environs de Salzbourg. En revanche, la destruction totale des oeuvres polonaises ayant été décidée par les dirigeants nazis, le pays a perdu près de la moitié de son héritage culturel.

Restituées ou classées MNR
Après guerre et une fois que les propriétaires des tableaux retrouvés ont pu être identifiés, les oeuvres leur ont été restituées. Lorsque cela n'a pas été possible ou que les propriétaires et leurs héritiers ont disparu pendant le conflit (souvent en déportation), elles ont rejoint les collections de l'Etat, marquées des trois lettres M. N. R., un sigle qui signifie Musées Nationaux Récupération.

M.N.R (Musées Nationaux Récupération) 
Les tableaux de la guerre : oeuvres récupérées en Allemagne après la seconde guerre mondiale
Jusqu'au 21 février 2016
Musée des Beaux-Arts de Rennes