Découverte de 50 momies de plus de 3.000 ans en Egypte

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/04/2014 à 18H35
Vue d'une nécropole de Louxor (Egypte).

Vue d'une nécropole de Louxor (Egypte).

© Heaton / AFP

Une "immense" nécropole contenant près de 50 momies, notamment de princesses et princes de la XVIIIe dynastie des pharaons (1550-1292 av. J-C.), a été mise au jour en Egypte dans la Vallée des Rois, a annoncé lundi le ministère des Antiquités.

Découverte dans la province de Louxor, dans le sud, "l'immense nécropole contient des restes de momies qui pourraient être celles de membres de la famille régnante, en particulier des fils des rois Thoutmôsis III et Thoutmôsis IV de la XVIIIe dynastie", selon un communiqué du ministère, qui a mené les fouilles conjointement avec une mission archéologique de l'université suisse de Bâle. 
 
Des restes de sarcophages en bois et de masques mortuaires ont été découverts sur les lieux, ainsi que des vases canopes, ou morceaux de canopes, ces récipients dans lesquels étaient déposés les viscères des défunts après leur embaumement.
 
L'examen par la mission suisse des inscriptions sur les canopes a permis d'identifier plus de 30 noms de personnes enterrées dans la nécropole, notamment des princesses aux noms jusqu'alors inconnus, assure le ministère des Antiquités.
 
La nécropole est située à l'extrémité nord-ouest de la Vallée des Rois, plus loin que la tombe de Toutânkhamon, explique de son côté le responsable des Antiquités à Louxor, Abdelhakim Karar. Selon ce dernier, l'importance de cette découverte réside surtout dans le fait que de nouveaux noms de princesses ont été révélés, mais aussi qu'elle ait eu lieu dans la Vallée des Rois dont on croyait que tous les secrets avaient été dévoilés.
 
Quelques unes des cinquante momies, dont certaines en très bon état, sont celles de nouveaux-nés, affirme une responsable de la mission suisse dans le communiqué. Certains masques et canopes révèlent aussi que la Vallée des Rois avait non seulement servi aux familles royales mais aussi pour les familles de prêtres postérieurement. La nécropole a été pillée à plusieurs reprises dans l'antiquité, selon le communiqué.