Découverte d'une frise maya "extraordinaire" au Guatemala

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/08/2013 à 10H23
Détail de la frise guatémaltèque datant de 200 à 900 aprrès JC, découverte en juillet 2013 dans la jungle du Peten, à 600 km au nord de Guatemala City. 

Détail de la frise guatémaltèque datant de 200 à 900 aprrès JC, découverte en juillet 2013 dans la jungle du Peten, à 600 km au nord de Guatemala City. 

© HOLMUL ARCHAEOLOGICAL PROJECT / AFP

Une frise maya "extraordinaire" datant approximativement de 1.400 ans et représentant des divinités et des personnages portant des ornements de plumes et de jade, a été découverte dans un centre archéologique au nord du Guatemala, a annoncé mercredi l'archéologue Francisco Estrada-Belli.

"C'est une découverte extraordinaire qui n'arrive qu'une seule fois dans la vie d'un archéologue", s'est félicité l'expert guatémaltèque lors d'une conférence de presse. Cette frise maya est "la plus spectaculaire qu'on ait jamais vue à ce jour", selon lui.
La découverte a eu lieu en juillet sur une pyramide du centre précolombien de Holmul, dans le département de Peten, à environ 600 km au nord de la capitale guatémaltèque, près de la frontière mexicaine.
L'archéologue Francisco Estrada-Belli, au pied d'une des divinités représentées sur la frise guatéméltèque, vieille de 1413 années, découverte en juillet 2013 au Guatémala.

L'archéologue Francisco Estrada-Belli, au pied d'une des divinités représentées sur la frise guatéméltèque, vieille de 1413 années, découverte en juillet 2013 au Guatémala.

© HOLMUL ARCHAEOLOGICAL PROJECT / AFP
"La frise en stuc s'étend sur huit mètres de large et deux mètres de haut sur la partie supérieure de l'édifice rectangulaire", a-t-il dit.
"Elle présente les portraits de dieux et de gouvernants divinisés et donne leurs noms", révélant des informations sur une phase très importante de l'histoire, entre 250 et 900 de notre ère, a déclaré l'archéologue.
La composition comporte "trois personnages principaux revêtus de riches atours de plumes de quetzal (l'oiseau national du Guatemala) et de jade, assis au sommet de collines personnifiées sous la forme de monstres", a-t-il dit, qualifiant la frise de "grande oeuvre d'art".