Crues : 8 millions d'euros pour les monuments n'appartenant pas à l'État

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 09/06/2016 à 16H30
Audrey Azoulay (en rouge) découvre les dégâts causés par les inondations dans le domaine de Chambord, le 9 juin 2016

Audrey Azoulay (en rouge) découvre les dégâts causés par les inondations dans le domaine de Chambord, le 9 juin 2016

© Guillaume Souvant / AFP

La ministre de la Culture Audrey Azoulay a annoncé jeudi la mise en œuvre d’une aide exceptionnelle de 8 millions d'euros pour les monuments historiques sinistrés n’appartenant pas à l’État, a indiqué le ministère jeudi.

Audrey Azoulay a fait cette annonce jeudi lors d'un déplacement à Chambord, dans le Loir-et-Cher, à la suite des inondations de ces derniers jours. Elle a observé les dégâts sur le domaine - qui a lancé récemment un appel aux dons - et faire un point de situation avec les élus du département.

"Je suis venue à Chambord constater les dégâts mais je sais qu'il y a aussi beaucoup de monuments historiques, qui sont dans des mains privées ou auprès de collectivités territoriales, qui ont été extrêmement touchés durant ces intempéries et je voulais leur annoncer la solidarité de l'État par une aide exceptionnelle", a déclaré la ministre, citée par l'AFP, lors d'un point de presse. "On va doubler le montant qu'on met à disposition annuellement normalement pour ce type de travaux afin de faire face aux urgences. Une aide de l'ordre de huit millions d'euros."

Reportage : X. Naizet / P. Lepais / B. Biraud

Chambord : au moins un million d'euros de dégâts

À propos du célèbre château de François Ier, dont les images spectaculaires de jardins sous les eaux ont fait le tour du monde, Audrey Azoulay a évoqué le chiffre d'un million d'euros de dégâts causés par les inondations. Jean d'Haussonville, directeur général du domaine, a précisé que les dégâts les plus importants affectaient le "dépôt lapidaire", des œuvres majeures en pierre qui étaient sur les toits de Chambord et avaient été redescendues, notamment la lanterne originelle du château. Dans le parc, au moins 150 mètres de mur sont tombés.

La campagne de financement participatif lancée au profit du domaine a déjà réuni 20.000 euros, a précisé Jean d'Haussonville, ajoutant que la fermeture du site pendant cinq jours avait aussi entraîné un manque à gagner d'environ 200.000 euros.

Concernant l'ensemble des monuments touchés, l'évaluation des dommages, actuellement en cours, est la première urgence, a indiqué le ministère dans un communiqué. Les directions régionales des affaires culturelles (DRAC) et l’ensemble des services du ministère de la culture sont en contact permanent avec les gestionnaires de musées et les propriétaires de monuments historiques endommagés pour leur assurer une assistance technique et scientifique. Il s'agit d'évaluer les dégâts, de prendre les premières mesures et dans les semaines et mois à venir d'encadrer les travaux de restauration.

Les jardins du Château de Chambord après les inondations

Les jardins du Château de Chambord après les inondations

© GUILLAUME SOUVANT / AFP


Une aide pour les jardins patrimoniaux labellisés

Outre l'enveloppe de 8 millions d'euros pour les monuments sinistrés n’appartenant pas à l’Etat, une subvention exceptionnelle va être versée à la Fondation du patrimoine pour la prise en charge des jardins patrimoniaux labellisés mais non protégés au titre des monuments historiques, qui ont souvent été les premiers à subir la montée des eaux.

S'agissant du musée Girodet de Montargis, particulièrement affecté, le ministère, via la DRAC, va organiser une réunion avec les élus concernés et les conservateurs et déterminer au vu des besoins spécifiques et du montant des travaux, du niveau d’intervention de l’État.

Dans le communiqué, la ministre a salué les équipes des musées et monuments "qui ont déployé des efforts immenses, au plus fort de la crue, pour préserver le patrimoine". Elle salue également "la mobilisation des volontaires et la solidarité de nos concitoyens".

Les musées et les châteaux ont pour la plupart rouvert au public au début de la semaine.