Chine : des "Splendeurs des Han" exposées à Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 23/10/2014 à 19H33
Costume funéraire, Chine, Han occidentaux (206 av. – 9. apr. J.‐C.),Jade, fils d’or, L. 176 cm, l. 68 cm
	Découvert en 1995, tombe royale de Chu, Shizishan (Xuzhou)

Costume funéraire, Chine, Han occidentaux (206 av. – 9. apr. J.‐C.),Jade, fils d’or, L. 176 cm, l. 68 cm

Découvert en 1995, tombe royale de Chu, Shizishan (Xuzhou)

© Art Exhibitions China / Musée de Xuzhou

Deux lions de pierre majestueux, une servante gracieuse, un linceul de 4.248 plaquettes de fin jade blanc et de fil d'or, un fragment de papier... Telles sont quelques-unes des pièces deux fois millénaires à découvrir depuis mercredi dans l'exposition "Splendeurs des Han" au Musée Guimet.

Dans le cadre du 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine, le Musée national des arts asiatiques (MNAAG) expose 150 oeuvres qui témoignent du foisonnement économique et culturel de la Chine des Han, une dynastie aux quatre siècles de longévité, au tournant de notre ère (206 av JC - 220 après JC).
Tigre, Dynastie Han (206 av. – 220 apr. J.‐C.)

	Argent ; H. 7 cm, L. 11,8 cm , ép. : 2,2 cm, poids 88 g  

	Découvert en 1957, site de Nalingaotu (Dabaodang, district de Shenmu, Yulin, province du

	Shaanxi)

Tigre, Dynastie Han (206 av. – 220 apr. J.‐C.) Argent ; H. 7 cm, L. 11,8 cm , ép. : 2,2 cm, poids 88 g   Découvert en 1957, site de Nalingaotu (Dabaodang, district de Shenmu, Yulin, province du Shaanxi)

© Art Exhibitions China / Musée d’Histoire de la province du Shaanxi
50 ans de découvertes archéologiques
Des pièces recueillies dans 27 musées de neuf provinces chinoises après que l'idée de l'exposition a été lancée en novembre dernier : présenter au public français des découvertes archéologiques des cinquante dernières années ayant trait à cette dynastie qui unifia la monnaie, les poids et mesures, l'écriture, alors érigée en tant qu'art, et qui parcourut la route de la Soie, découvrit le papier et fut "essentielle dans la formation de l'identité chinoise", souligne le conservateur Éric Lefebvre, cité par l'AFP.
Figurine féminine, Han occidentaux (206 av. – 9 apr. J.‐C.)

	Terre cuite ; H. 34,4 cm, l.  16,1 cm, poids 2, 240 kg

	Découverte en 1997, tombe satellite, Mausolée Yangling (Xianyang, province du Shaanxi)

Figurine féminine, Han occidentaux (206 av. – 9 apr. J.‐C.) Terre cuite ; H. 34,4 cm, l.  16,1 cm, poids 2, 240 kg Découverte en 1997, tombe satellite, Mausolée Yangling (Xianyang, province du Shaanxi)

© Art Exhibitions China / Musée du Yangling des Han
"Nous pouvons être légitimement fiers d'accueillir cette exposition" programmée jusqu'au 1er mars 2015, a commenté à la veille de l'ouverture Sophie Makariou, présidente du MNAAG. "Nous allons continuer à discuter pour voir ce que nous pouvons coproduire, en France mais aussi en Chine pour que cela ne reste pas à sens unique."
Vase de type hu, Dynastie Han (206 av. – 220 apr. J.‐C.)

	Bronze, or, argent ; H. 59,5 cm, D. 37 cm

	Découvert en 1968, tombe de Liu Sheng, (Mancheng, province du Hebei)

Vase de type hu, Dynastie Han (206 av. – 220 apr. J.‐C.) Bronze, or, argent ; H. 59,5 cm, D. 37 cm Découvert en 1968, tombe de Liu Sheng, (Mancheng, province du Hebei)

© Art Exhibitions China / Musée provincial du Hebei
67 trésors nationaux confiés à Paris
La dirigeante du musée rappelle à l'occasion, toujours citée par l'AFP, qu'à son arrivée à la tête de l'institution en 2013, elle avait voulu "renouer un lien avec la Chine", vieux de 125 ans, mais "un peu perdu".

Pari tenu : Pékin a notamment confié au musée parisien 67 objets d'arts considérés en Chine comme des trésors nationaux... L'ensemble de ces substituts funéraires rendent compte de la vie sous les deux périodes Han (Han de l'Ouest, Han de l'Est), un règne survenu après l'unification de la Chine par son premier empereur (Qinshi huangdi).
Boshanlu, Dynastie Han

	Bronze, or  ; H. 26 cm, D.  15,5 cm

	Découvert en 1968, tombe de Liu Sheng, site de Mancheng (province du Hebei)

Boshanlu, Dynastie Han Bronze, or  ; H. 26 cm, D.  15,5 cm Découvert en 1968, tombe de Liu Sheng, site de Mancheng (province du Hebei)

© Art Exhibitions China / Musée provincial du Hebei
Parmi les statuettes qui jouxtent les bronzes, les laques et brûle-encens évoquant un paradis taoïste, cochons et boeufs sont la marque d'un pays agricole prospère, tandis que cavaliers, chevaux et chars témoignent du rôle des armées de l'époque.
Charrue et bœuf de bois, Dynastie Han (206 av. – 220 apr. J.‐C.)

	Bœuf : H. 19,3 cm, L. 28,3 cm, l. 9,2 cm,  

	Charrue : H. 16,6 cm, L. 35,6 cm, l. 2,7 cm,  

	Découverts en 1972, tombe n°48, site de Mojuzi (Wuwei, province du Gansu)

Charrue et bœuf de bois, Dynastie Han (206 av. – 220 apr. J.‐C.) Bœuf : H. 19,3 cm, L. 28,3 cm, l. 9,2 cm,   Charrue : H. 16,6 cm, L. 35,6 cm, l. 2,7 cm,   Découverts en 1972, tombe n°48, site de Mojuzi (Wuwei, province du Gansu)

© Art Exhibitions China / Musée provincial du Gansu
Mais le format s'avère réduit en comparaison avec les imposants et célèbres soldats de l'armée enterrée de Qinshi Huangdi à Xi'An (province du Shaanxi). Chez ces figurines funéraires, les visages et postures se font sensibles, comme celle de la servante à genoux, toute en modestie, retrouvée dans le mausolée de l'empereur Jingdi, le seul de cette période aujourd'hui fouillé.

"Splendeurs des Han, essor de l'empire céleste"
Au musée Guimet, 6 place d'Iena, Paris 16e
22 octobre 2014 - 1er mars 2015
Tous les jours sauf le mardi, le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai, de 10h à 18h
Infos sur les tarifs ici