Château de Vaux-le-Vicomte: un riche américain au chevet de la chambre des Muses

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 15/10/2016 à 16H30
Les travaux de restauration du plafond de la chambre des Muses, peint par Charles Le Brun vont couter 450 000 euros, financés en totalité par un riche mécène américain.

Les travaux de restauration du plafond de la chambre des Muses, peint par Charles Le Brun vont couter 450 000 euros, financés en totalité par un riche mécène américain.

© Culturebox / Capture d'écran

Les travaux de restauration du plafond de la chambre des Muses viennent de débuter au château de Vaux-le-Vicomte en Seine-et-Marne. Un chantier entièrement financé par un mécène américain qui va permettre de sauver ces peintures réalisées par Charles Le Brun, et très abimées par le temps. Une restauration qui doit s’achever en février prochain

Le château de Vaux-le-Vicomte est un chef d’œuvre du 17e siècle bâti pour Nicolas Fouquet, surintendant des finances de Louis XIV, par les meilleurs artistes de l'époque: l'architecte Louis Le Vau, le maître-maçon Michel Villedo, le paysagiste André Le Nôtre et le peintre Charles Le Brun.

C’est son œuvre qui orne les plafonds de plusieurs pièces du château dont la chambre des Muses. Des peintures qui sont quasiment dans leur état d’origine et très endommagées. Un important chantier de restauration vient donc de débuter, il va durer plusieurs mois.

Reportage: F. Benbekaï / P. Aliès

Un riche mécène américain

Plus de 350 ans après leur réalisation, les peintures du plafond de la chambre des Muses, ou chambre de Fouquet, sont dans un piètre état et leur restauration devenait urgente afin de ne pas perdre définitivement ce patrimoine inestimable.

Il s’agit en fait de deux plafonds, celui de la pièce elle-même, représentant "Le Triomphe de la Fidélité", et celui de l’alcôve où Le Brun a peint "La Nuit". Et c’est un riche homme d’affaires américain, Alexis Grégory, collectionneur et passionné du 17e siècle, qui a décidé de financer entièrement cette restauration estimée à 450 000 euros.

Pendant les travaux, la chambre des Muses reste en partie ouverte aux visiteurs qui pourront suivre du sol les différentes étapes du travail des restaurateurs.

Les peintures de Charles Le Brun devraient retrouver tout leur éclat en février 2017.

Les peintures de Charles Le Brun devraient retrouver tout leur éclat en février 2017.

© Culturebox / Capture d'écran