Chambord retrouvera son jardin à la française grâce à un riche mécène américain

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/12/2016 à 19H02, publié le 17/12/2016 à 17H35
Travaux d'aménagement du jardin à la française au Château de Chambord, fin novembre 2016.

Travaux d'aménagement du jardin à la française au Château de Chambord, fin novembre 2016.

© Leonard DE SERRES / Domaine national de Chambord / AFP

Chambord va retrouver son jardin à la française. Les visiteurs du domaine pourront l'admirer dès le printemps prochain grâce au don exceptionnel de 3,5 millions d'euros qu'a fait Stephen Schwarzman, un richissime homme d'affaires américain, déjà mécène du Louvre et des Arts Décoratifs.

Le don de Stephen Schwarzman permet de financer l'ensemble des parterres qu'avait fait aménager Louis XIV devant le château, érigé à la gloire de François Ier.

Le patrimoine, un enjeu de civilisation

"Stephen Schwarzman est venu deux fois à Chambord au cours des cinq dernières années", a raconté à l'AFP le directeur du domaine, Jean d'Haussonville. "Il aime la France. Il aime notre patrimoine, il aime notre pays", a-t-il souligné à propos de l'homme d'affaires, "l'un des hommes les plus riches du monde aujourd'hui", "déjà mécène des Arts Décoratifs et du Louvre". "Ce qui l'a décidé, c'est l'ampleur du projet, unique dans un lieu unique.  Et aussi, dans un contexte d'attentats, l'idée d'aider la France à un moment où nous voyons que le patrimoine est un enjeu de civilisation", a-t-il ajouté.
Vue aérienne des travaux d'aménagement du jardin à la française au Château de Chambord. 

Vue aérienne des travaux d'aménagement du jardin à la française au Château de Chambord. 

© DRONE CONTRAST / DOMAINE NATIONAL DE CHAMBORD / AFP

"Le projet, Les Jardins à la Française, s'inscrit dans le cadre d'une restauration de l'ensemble des abords du château", a indiqué Jean d'Haussonville. Il s'agit de restituer le jardin à la française mais aussi la grande perspective dans leur état du XVIIIe siècle.  Avec ce don, "l'intégralité des parterres (d'une surface de 6,5 hectares) sont payés. Les travaux seront livrés pour Noël. Nous ouvrirons au public le 21 mars 2017", a précisé Jean d'Haussonville, selon lequel le projet avait été lancé grâce à une avance consentie par la ministre de la culture Audrey Azoulay. "Il nous reste notamment à faire la grande perspective qui fait 4,5 km de long, dont les 1,5 km qui se voient du château. Pour ces travaux-là, nous avons besoin d'un autre mécénat qui est en cours de discussion", a-t-il dit.

Quinze années d'études scientifiques

Un gros chantier est déjà engagé depuis l'été dernier. "Les anciens parterres à la française étaient devenus du gazon, a-t-il expliqué. Ce projet est le fruit de quinze années d'études scientifiques. On a fait des fouilles archéologiques (...). On a planté 600 arbres, des arbustes, des rosiers, des voliges en métal pour faire tenir le dessin du jardin".
Château de Chambord, début novembre.

Château de Chambord, début novembre.

© Leonard DE SERRES / Domaine national de Chambord / AFP

"François 1er souhaitait que Chambord soit une sorte d'île surgissant d'un détournement de la Loire", à 4 km du château. Il avait chargé un ingénieur hydrologue de commencer des travaux en 1545 mais François 1er est mort en 1547. C'est Louis XIV, à partir de 1682, qui fait construire une terrasse sur laquelle est installé ce jardin en 1734. Le jardin est déjà visible en ce moment depuis les terrasses. Tout sera prêt et vert au Printemps", a conclu Jean d'Haussonville, selon lequel "un bâtiment portera le nom de l'heureux donateur".