Caroline Bonaparte, soeur de... au coeur d'une exposition au Palais Fesch d'Ajaccio

Par @Culturebox
Mis à jour le 26/08/2017 à 13H15, publié le 26/08/2017 à 10H34
Sculpture représentant Caroline Bonaparte, au Palais Fesch

Sculpture représentant Caroline Bonaparte, au Palais Fesch

© France 3 Culturebox

Jusqu'au 1er octobre 2017, le Palais Fesch d'Ajaccio accueille une exposition consacrée à la plus jeune sœur de Napoléon Bonaparte, Caroline, de treize ans la cadette de l'Empereur. Sous le titre "Caroline, sœur de Napoléon, reine des arts", on découvre la création à laquelle s'intéressait cette personnalité très cultivée.

Cultivée, volontaire et habile en politique, son frère l'Empereur disait d'elle : "De toute ma famille, c'est celle qui me ressemble le plus". Née Maria-Annonciata Buonaparte, treize après Napoléon, Caroline devait épouser le général Joachim Murat et devenir reine de Naples. Dotée d'une forte personnalité (un acquis familial), elle osa même s'opposer ouvertement à son frère l'Empereur quand il envisagea d'adopter le fils d'Hortense de Beauharnais, arguant que ses propres enfants, du même sang que Napoléon, n'avaient droit à rien.

Passion pour les arts

Mais c'est l'attrait de la souveraine pour les arts qui justifie cette exposition au palais Fesch. A Milan, par exemple, Caroline décide de remeubler entièrement le Palazzo Reale, y aménageant de nouveaux jardins. Toujours en Italie, elle s'intéresse de près aux fouilles menées sur le site archéologique de Pompéï, découvert au XVIIe siècle, et décide de remettre en état l'une de ses villas afin que l'on puisse se rendre compte de la vie qu'on y menait lors de l'éruption tragique. 

Reportage : France 3 Corse S. Rossi / S. Agostini / D. Lameta
Caroline eut également une forte influence dans le domaine économique ainsi qu'une intense activité politique. Elle sût résister, inutilement, aux Anglais lors de sa destitution avant de s'installer en Autriche puis de finir ses jours à 57 ans en Italie où elle avait finalement obtenu le droit de retourner. 

Cette exposition du palais Fesch (du nom de l'oncle maternel de l'Empereur et donc aussi de Caroline, on ne quitte jamais vraiment la famille ! ) permet non seulement de mieux connaître celle qui fut surnommée "la capricieuse" mais aussi ce qui faisait l'art de son temps.