Bethléem inscrit au Patrimoine mondial

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 29/06/2012 à 15H00
Des pèlerins à l'Eglise de la Nativité à Bethléem (Territoires palestiniens), juin 2012

Des pèlerins à l'Eglise de la Nativité à Bethléem (Territoires palestiniens), juin 2012

© Musa al-Shaer / AFP

L'Unesco a inscrit vendredi l'église de la Nativité de Bethléem (Territoires palestiniens) au Patrimoine mondial, par une procédure d'urgence lors d'une session à Saint-Pétersbourg. "Une victoire de la justice", a déclaré Mahmoud Abbas, le président palestinien. Les Etats-Unis se déclarent "profondément déçus... ce site est sacré pour tous les chrétiens et a une signification religieuse et historique importante...l'Unesco ne devrait pas être politisée", a souligne l'ambassadeur américain auprès de l'Unesco.

Le site du "Lieu de naissance de Jésus", comprenant également la route de pèlerinage, a été inscrit par 13 voix pour, 6 contre et 2 abstentions lors d'un vote des 21 membres du Comité du patrimoine, réunis dans l'ex-capitale impériale russe. Il s'agit du premier site palestinien inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco.

Haut lieu de pèlerinage, Bethléem est le premier site touristique des Territoires palestiniens (deux millions de visiteurs en 2011). Datant de l'empereur romain Constantin, au IVe siècle, la basilique de la Nativité est l'une des églises les plus anciennes et sacrées de la chrétienté. Les Palestiniens faisaient cette demande d'inscription en "urgence" du fait du "délabrement et de la dégradation de l'ensemble architectural" en raison de l'absence de travaux de restauration sérieux depuis 50 ans.

Bethléem classé malgré un avis défavorable d'experts
"Bethléem , sa Vieille ville et ses églises ont été victimes d'attaques militaires israéliennes délibérées, en 1967 et de nouveau entre 2001 et 2002. La majeure partie de ce qui a été restauré par la communauté internationale  (...) a été détruit par les forces d'occupation", affirmaient les institutions de Bethléem , dans une lettre ouverte au Comité.

Les experts du Conseil international des monuments et des sites avaient rendu un avis défavorable, estimant que les Palestiniens n'ont pas procédé à une évaluation complète des menaces pesant sur le site.

Les problèmes du Proche-Orient en arrière-plan
L'ambassadeur palestinien à l'Unesco Elias Sanbar avait alors critiqué un avis "politisé" sous la pression des Etats-Unis et d'Israël. "Ceux qui ont perdu la bataille du vote de l'entrée de la Palestine à l'Unesco veulent nous empêcher d'exercer nos droits". La Palestine est devenue membre à part entière de l'Unesco en octobre 2011.

"Nous n'avons aucune objection à l'inclusion de l'église de la Nativité au  patrimoine de l'Humanité de l'Unesco. Mais nous sommes opposés à la demande des  Palestiniens de recourir à la procédure d'urgence parce que c'est une façon de  laisser entendre qu'Israël ne protège pas le site", avait déclaré le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères Yigal Palmor.

La Palestine arrache à l'Unesco sa première victoire en tant qu'Etat