Avec la réplique "Lascaux 4", l'accent est mis sur "l'expérience intime"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2016 à 12H27, publié le 10/12/2016 à 11H50
L'expérience intime du visiteur a été privilégiée à "Lascaux 4", inauguré samedi 10 décembre 2016.

L'expérience intime du visiteur a été privilégiée à "Lascaux 4", inauguré samedi 10 décembre 2016.

© Mehdi Fedouach / AFP

Pour la première fois, la grotte de Lascaux a été reconstituée à l'identique. Et tout à été fait pour mettre le visiteur dans la position du découvreur. Installée dans le nouveau Centre international d'art pariétal de Montignac, la réplique est inaugurée samedi par François Hollande avant son ouverture au public le 15 décembre. Visitez-là dans la vidéo FranceInfo: ci-dessous.

Objectif : retrouver les sensations des quatre jeunes découvreurs

Jusque-là, le public avait accès à "Lascaux  2", un fac-similé de 90% des fresques, inauguré en 1983 (et rénové en 2009) après la fermeture, en 1963, de la grotte originale que l'engouement du public avait dégradée.

Pour ce nouveau projet de 8.500 m2, à la fois scientifique, artistique et touristique, l'objectif est de faire revivre au visiteur les "mêmes sensations" que les quatre adolescents qui, croyant dénicher le souterrain d'un château, avaient découvert l'exceptionnel sanctuaire préhistorique le 12 septembre 1940.

Mission accomplie : "C'est une merveille ! J'ai eu l'impression d'être dans la vraie grotte, c'est incroyable !", s'est enthousiasmé Simon Coencas, 89 ans, dernier survivant des quatre adolescents.

 

Lascaux 4 reproduit l'original à 100% et à l'échelle réelle

"Pendant trente ans, on a subi la frustration des visiteurs qui, avec vingt minutes d'introduction à l'art pariétal, puis vingt minutes de visite dans la grotte, se plaignaient que c'était trop court", explique André Barbé, directeur général de Semitour Périgord, en charge de l'exploitation du site.

Dans "Lascaux 4", qui reproduit l'original à 100% et à l'échelle réelle, l'accent est mis d'abord sur "l'expérience intime" que peut représenter la découverte de ces peintures, réalisées il y a environ 18.000 ans et classéesdepuis 1979 par l'Unesco au Patrimoine mondial.

Le début de la visite simule l'extérieur de la colline de Lascaux, jusqu'aux aboiements du chien qui avait trouvé l'ouverture éboulée de la grotte. Une fois à l'intérieur, c'est l'obscurité totale, puis le parcours commence avec un éclairage discret, qui s'allume et s'éteint au passage des touristes, guidés par les explications volontairement minimales.
 

Mise en perspective des fresques grâce à une scénographie étudiée

Après une trentaine de minutes consacrée à la "contemplation", vient le temps de la "compréhension" : une scénographie de 700 m2 met en perspective les fresques, avec des études approfondies des principaux panneaux, un état des lieux des dernières découvertes (esquisses, brouillons, ajouts) révélés par les progrès de l'imagerie, les liens entre art pariétal et art contemporain...
      
Nichée dans un sobre bâtiment de béton tout en longueur (150 mètres de long) semi-enterré, qui s'inscrit telle une "faille dans le paysage" sur le versant opposé de la colline, la réplique reprend les "dimensions, le relief du sol, les pentes" de la grotte originale.

"Seules de petites galeries à l'extrémité de la grotte, où il est extrêmement difficile de pénétrer, n'ont pas été introduites dans le fac-similé, mais se découvrent dans les salles qui suivent", précise Jean-Pierre Chadelle. "A la fois par le fac-similé et par les différents dispositifs, le public a accès à la totalité de la grotte de Lascaux ", résume-t-il.

"Lascaux 4" permet aussi de protéger les grottes ornées originales

L'objectif de "Lascaux 4" est aussi d'assurer une "sanctuarisation totale" du site historique que le flux de touristes et de véhicules visitant "Lascaux 2", à proximité immédiate de la grotte originelle, avait fini par menacer.

"Quand on s'est aperçu que les grottes ornées étaient mortelles et que le trop plein de visiteurs les condamnait, il a fallu fermer", explique Jean Clottes, préhistorien, membre du collège scientifique qui a supervisé et validé scientifiquement le projet de "Lascaux 4".

D'un budget global de 66 millions d'euros, "Lascaux 4" a été réalisé par les experts de l'Atelier des fac-similés du Périgord, spécialisés dans ce typede reconstitutions, et déjà concepteurs de "Lascaux 3", exposition itinérante reproduisant les principales merveilles de la grotte périgourdine.