Archéologie : découverte à Jérusalem d'une mosaïque byzantine rare, datant du VIe siècle

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/08/2017 à 20H32, publié le 23/08/2017 à 20H28
Un archéologue continue à nettoyer la mosaïque découverte à Jérusalem.

Un archéologue continue à nettoyer la mosaïque découverte à Jérusalem.

© AHMAD GHARABLI / AFP

Des archéologues israéliens ont présenté le 23 août une partie d'une rare mosaïque vieille de 15 siècles. Celle-ci porte le nom de l'empereur byzantin Justinien et d'un haut ecclésiastique local dans la vieille ville de Jérusalem.

La découverte est de taille : peu d'inscriptions de ce genre ont été découvertes dans ce secteur pourtant riche en artéfacts archéologiques, a indiqué David Gellman, directeur des fouilles. "Des textes et des lettres de gens de cette époque sont relativement rares", a-t-il expliqué à l'AFP.

Une inscription commémorant la fondation d'un bâtiment par l'abbé Constantin 

Mise au jour cet été, la mosaïque avec son inscription en grec date de 550 ou 551 et commémore la fondation par l'abbé orthodoxe Constantin d'un bâtiment qui semble avoir été un hôtel pour pèlerins, près de la porte de Damas, à Jérusalem-Est, partie palestinienne de Jérusalem occupée et annexée par Israël.
Détails de la mosaïque.

Détails de la mosaïque.

© AHMAD GHARABLI / AFP
Constantin était abbé de l'église Sainte-Marie-la-Neuve dédiée à la Vierge Marie, qui était la plus grande église de Jérusalem au moment de sa construction en 543.
L'inscription commémore la fondation du bâtiment par "Constantin, le prêtre et abbé le plus fervent", à l'époque de "notre très pieux empereur Flavius Justinien".

Une découverte unique, presque fortuite

La mosaïque a été découverte intacte à un mètre environ sous terre alors que l'archéologue et son équipe effectuaient une fouille de routine avant l'arrivée d'ouvriers qui devaient poser des câbles de communication. 

"Nous étions très près de recouvrir l'excavation, quand j'ai repéré que certaines pièces de la mosaïque, blanche par ailleurs, présentaient un angle différent et semblaient un peu plus foncées", a rapporté l'archéologue. "J'ai nettoyé un petit coin et il est apparu qu'il s'agissait du coin inférieur gauche de l'inscription. C'est à ce moment-là que j'ai réalisé qu'il s'agissait d'une découverte unique", a-t-il raconté.