Après l'Etna, le mont Fuji et le centre d'Agadez inscrits au patrimoine mondial

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 21/06/2013 à 15H22
Le mont Fuji et le lac Kawaguchi (Japon)

Le mont Fuji et le lac Kawaguchi (Japon)

© Kazuhiro Nogi / AFP

Après l'Etna vendredi, l'Unesco a inscrit samedi au patrimoine mondial le Mont Fuji, soulignant l'importance pour la culture japonaise de ce cône volcanique souvent couronné de neige. Le centre historique d'Agadez, "porte du désert" et carrefour caravanier, a également été sélectionné.

"Le Fujisan (mont Fuji), cône volcanique solitaire, souvent couronné de neige, s'élevant au-dessus de villages, de la mer et de lacs bordés d'arbres, a inspiré les artistes et les poètes et a été l'objet d'un pèlerinage depuis des siècles", notait l'Unesco dans le document préparatoire à la réunion.

"Le respect et la crainte qu'inspirent la forme majestueuse du mont Fuji et  l'activité volcanique intermittente donnèrent naissance à des pratiques religieuses qui associent le shintoïsme et le bouddhisme", ajoute le texte.

La partie classée par l'Unesco comprend le sommet de la montagne et,  répartis sur les pentes et à son pied, sept sanctuaires, des auberges  accueillant les pèlerins et un groupe de "phénomènes naturels révérés" (des sources, une chute d'eau, une pinède et des arbres moulés dans la lave).

Le volcan, situé à 100 km environ au sud-ouest de Tokyo, s'élève à 3.776 mètres d'altitude et ses pentes sud descendent jusqu'aux rivages de la mer dans la baie de Suruga.

Le centre d'Agadez, "porte du désert"
La ville historique d'Agadez, au Niger, devient aussi patrimoine mondial. Elle comprend notamment une mosquée au minaret imposant et le palais du sultan, qui remontent au XVe et XVIe siècle. Elle est caractérisée par une architecture en brique d'argile non cuite obtenue par séchage au soleil.

"Depuis le XVe siècle, Agadez, 'porte du désert', fut un carrefour  exceptionnel du commerce caravanier. Elle apporte le témoignage d'une ville  historique ancienne, formant un centre d'échanges culturels transsaharien majeur", a estimé l'Unesco.
L'Etna en éruption le 6 janvier 2012

L'Etna en éruption le 6 janvier 2012

© MARCELLO PATERNOSTRO / AFP
L'Etna, 500.000 ans d'âge
L'Unesco a classé vendredi l'Etna au patrimoine mondial. Le mont Etna, qui culmine à 3.300 mètres dans l'est de la Sicile, est le plus important volcan en activité en Europe, avec une activité connue depuis au moins 2.700 ans, "ce qui en fait l'une des histoires documentées du volcanisme les plus longues du monde", selon l'agence des Nations unies.
"Les cratères de sommet, les cônes de cendres, les coulées de lave, les grottes de lave et la dépression du Valle de Bove font du mont Etna une destination privilégiée pour la recherche et l'éducation", estime l'Unesco, qui note qu'il continue d'"influencer la volcanologie, la géophysique et d'autres disciplines des sciences de la Terre".
Façade baroque à Catane (Sicile)

Façade baroque à Catane (Sicile)

© SUETONE Emilio / hemis.fr
"Sa notoriété, son importance scientifique et ses valeurs culturelles et pédagogiques sont d'importance mondiale". Proche de Catane, deuxième ville de Sicile, le volcan, avec ses 200 km de circonférence, est né d'une série d'éruptions sous-marines il y a 500.000 ans. Des explosions ont encore lieu périodiquement dans le cratère central et des coulées sur les flancs du volcan, mettant parfois en danger des villages qui sont construits jusqu'à 800 mètres d'altitude.
La ville de Catane a été plusieurs fois atteinte et avait même été presque entièrement détruite lors de la plus grande éruption en 1669, avant d'être reconstruite dans le style baroque.
L'éruption de l'Etna du 13 février 2013
Les autres sites dans les tuyaux
Le Comité, réuni à Phnom Penh, devait examiner au total l'inscription de 31 sites naturels et culturels au patrimoine mondial qui comptait avant cette réunion 962 noms dans 157 pays. Outre le mont Fuji et l'Etna, il a sélectionné l'Erg du Namib, premier site naturel de Namibie à faire son entrée dans ce club fermé. Mais aussi la Réserve de biosphère El Pinacate et le grand désert d'Altar au Mexique, ainsi 16 que tserkvas (églises) en bois dans les montagnes des Carpates de Pologne et d'Ukraine, "exemples exceptionnels de ce qui fut une tradition ecclésiastique orthodoxe de construction en bois répandue dans les pays slaves qui survit à ce jour".
Et aussi les vestiges de Kaesong en Corée du Nord, les Villas Médicis en Toscane et la cité antique de Chersonèque Taurique en Ukraine et le palais Golestan en Iran.