A Völkingen, l'Allemagne célèbre la génération pop

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/11/2013 à 17H23
Le combi Volkswagen typique des années 60

Le combi Volkswagen typique des années 60

© France 3/Culturebox

A Völkingen, dans la Sarre, une exposition intitulée Generation Pop réunit jusqu'au 15 juin 2014 la bagatelle de mille cinq cents objets sensés évoquer cette période que les organisateurs font naître aux début d'Elvis Presley et dans laquelle ils incluent Kurt Cobain et John Travolta. Autant de références que les puristes de la période pourraient contester.

L'apogée symbolique de la génération pop aura été la période de la suprématie des Beatles. Du début des années 60 à celle des années soixante-dix, ce fut celle du triomphe de la mélodie sur le rythme (alors que dans le genre Rock, plus fidèle au blues, la couronne trônait sur les têtes des Rolling Stones). 

Elvis Presley n'aura jamais été un chanteur pop et son évocation dans cette exposition paraît tout à fait anachronique même si John Lennon s'est toujours réclamé de son influence.

De l'autre côté, la présence dans cette exposition d'images montrant l'icône disco John Travolta et le pape du Grunge Kurt Cobain, parait tout aussi déplacée.

Reportage : F. Grandon, B. Bour
La génération pop, c'est en résumé celle qui a profité de la libération sexuelle initiée par les poètes de la décennie précédente, ceux de la Beat generation autour d'Allen Ginsberg ou Jack Kérouac. Aucune période, bien sûr, n'est complètement étanche, chacune s'inspire de la précédente (parfois en opposition) et prépare la suivante. On peut cependant estimer que le début de la pop generation coïncide à peu près avec l'irruption du psychédélisme du aux drogues de synthèse et se termine avec la fin du rêve hippie pour faire naufrage dans les années SIDA.

Au coeur de cette génération pop, il y a l'amour, une espèce de jouissance multiforme autour du voyage (en combi Volkswagen multicolore ou sous LSD), de la musique et des délires picturaux typiques de la période.

Les objets symboliques de l'époque existent bien. Dans cet inventaire incomplet on trouve le tourne-disque, le combi Volkswagen, la lampe à lave psychédélique avec ses grosses bulles de couleurs, le shilum, les pochettes de disques, les vestes à franges sous les cheveux longs et les Tee Shirts délavés. Tous ces objets ont leur place dans une exposition consacrée à la Pop Generation, sûrement pas le regard violemment désabusé de Cobain ou les costumes moulants du King.