A Béziers, la maison de Jean Moulin transformée en musée

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 17/12/2015 à 18H25
Jean Moulin, octobre 1940

Jean Moulin, octobre 1940

© Marcel Bernard

La maison natale du résistant Jean Moulin, située dans le centre de Béziers (Hérault), sera réhabilitée et transformée en musée, a indiqué jeudi la municipalité proche du Front national.

Alors qu'un quotidien régional avait évoqué une "vente", la municipalité tenue par Robert Ménard, proche du FN, a démenti avec la plus grande véhémence. La mairie de Béziers souligne que l'immeuble haussmanien de cinq niveaux, situé 6 rue d'Alsace, près du Champs de Mars, où Jean Moulin est né dans un appartement du premier étage, est "en mauvais état".

Un partenariat public-privé

Cette maison natale avait été acquise en 2011 pour près de 600.000 euros par le prédécesseur de M. Ménard, Raymond Couderc (UMP), qui avait utilisé le droit de préemption. "Le coût de sa totale réhabilitation, de la création d'un musée et d'une mise aux normes, étant très élevé, la Ville a noué un partenariat avec le privé", explique la mairie biterroise.
Maison de Jean Moulin à Béziers © Fondation du patrimoine
Le privé "s'engage à réaliser l'ensemble des travaux, ainsi que le musée, selon les prescriptions d'un cahier des charges imposé par la Ville, pour un montant identique à ce qu'avait payé la commune pour acheter l'immeuble". "Si d'aventure le coût de réhabilitation était plus élevé, la différence resterait à la charge du privé. Dans le cas contraire, le privé verserait la différence à la ville", ajoute le communiqué.

Fin des travaux prévue à l'été 2017

"En fin d'opération, le privé aura la propriété d'une partie de l'immeuble", tandis que "la Ville conservera le musée Jean  Moulin et notamment l'appartement où celui-ci a vu le jour."
 
Les travaux doivent commencer à l'automne 2016 et s'achever à l'été 2017. Jean  Moulin, considéré comme l'un des plus grands résistants français de la Seconde guerre mondiale, est né le 20 juin 1899 à Béziers, où il a passé sa jeunesse jusqu'à la fin de ses études secondaires. Il quitta sa ville natale en 1917 pour s'inscrire à la faculté de droit de Montpellier.