"Tous à l’opéra" ce week-end avec l'irrésistible Marie-Nicole Lemieux

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Classique de Culturebox
Mis à jour le 06/05/2017 à 17H09, publié le 03/05/2017 à 20H21
Marie-Nicole Lemieux à l'Opéra comique le 3 mai 2017 occupée à la promotion de l'opération "Tous à l'opéra".

Marie-Nicole Lemieux à l'Opéra comique le 3 mai 2017 occupée à la promotion de l'opération "Tous à l'opéra".

© Lorenzo Ciavarini Azzi/Culturebox

Plus de dix ans que la manifestation destinée à populariser l'art lyrique existe, couronnée de succès. Pour cette édition des 6 et 7 mai prochains, parrainée par la célèbre contralto canadienne Marie-Nicole Lemieux, 22 opéras ouvrent leurs salles. Et Culturebox vous propose une nuit spéciale qui relaie l’opération exceptionnelle de France 3.

Reportage : E. Colin / A. Tribouart / L. Calvy  / T. Dorseuil 
La onzième édition de "Tous à l’opéra", a lieu ce week-end des 6 et 7 mai mais commence dès vendredi 5 mai dans bon nombre de théâtres. 80.000 visiteurs étaient comptabilisés l’année dernière, l’opération est un succès. Marraine cette année : Marie-Nicole Lemieux, la contralto canadienne qu’on a pu voir récemment en France dans "Carmen" au Théâtre des Champs-Elysées, dans "Les Troyens" de Berlioz (au Palais des congrès de Strasbourg) et dans un concert Rossini, encore au TCE d’après le disque qu’elle vient de publier.

Démocratisation de l’art lyrique

Parrainer l’opération, pour la chanteuse que nous retrouvons à l’Opéra comique où elle donnera un concert le 5 mai, c’est "comme une évidence". "Ça signifie rendre un peu de ce que j’ai reçu", dit-elle. "J’ai la chance de faire ce métier, redonner un peu de ça, c’est un honneur, c’est un devoir".
Marie-Nicole Lemieux dans le foyer de l'Opéra comique le 3 mai 2017.

Marie-Nicole Lemieux dans le foyer de l'Opéra comique le 3 mai 2017.

© Lorenzo Ciavarini Azzi/Culturebox
"Tous à l’opéra, c’est un exercice de démocratisation de l’art lyrique", poursuit-elle, une "manière de rendre accessible l’opéra". Le principe est que toute visite, tout spectacle, toute initiative soient gratuits. De manière à permettre à tous ceux qui n’ont jamais pu s’y rendre d'avoir un premier contact avec ce monde, d'avoir l’occasion d’être happés par quelque chose.

22 opéras en France ouvrent leurs portes

Le temps d’un week-end, 22 opéras en France, une centaine dans toute l’Europe (tous les pays de l’Union européenne jouent le jeu de la manifestation) ouvrent leurs portes. L’idée est de pouvoir faire visiter les grandes salles, souvent d’une grande beauté. "J’aurais aimé visiter l’opéra, étant jeune", dit spontanément Marie-Nicole Lemieux. "Je me souviens être montée sur la scène de l’opéra de Montréal à 17 ans, et avoir levé les bras comme si j’avais eu un rôle (rires). C’est formidable de pouvoir faire monter les gens sur scène et, encore mieux, de faire chanter le public !". Autre moment très fort, faire visiter aussi l’envers du décor, les machineries de scène, les coulisses : "ah, il y a une odeur indescriptible dans les coulisses qui me fait toujours rêver !", dit la chanteuse. "C’est un mélange de choses : le parfum singulier des perruques et des costumes, l’odeur des projecteurs… Ce n’est pas sucré… mais un peu quand-même", poursuit la marraine de "Tous à l’opéra". 
Le visiteur pourra découvrir la salle rénovée de l'Opéra comique et son "rouge Favart".

Le visiteur pourra découvrir la salle rénovée de l'Opéra comique et son "rouge Favart".

© Lorenzo Ciavarini Azzi/Culturebox
A Paris, seule la Salle Favart (l’Opéra comique) ouvre ses portes dans cette opération, occasion de revoir ce lieu fermé pour travaux pendant 20 mois. La rénovation a concerné essentiellement le fonctionnement et la sécurité des lieux, mais les visiteurs pourront tout de même retrouver la grande salle, quelques statues restaurées, des luminaires et surtout admirer le "rouge Favart" qui lui est spécifique.

Des visites insolites

Voici pour Paris. Mais à Bordeaux on pourra visiter la cage de scène du Grand Théâtre, à Compiègne la machinerie et les coulisses, à Limoges l’atelier costumes, à Metz des lieux insolites de l’Opéra-Théâtre qui seront présentés dans des "parcours dansés" réalisés par le Corps de Ballet. Dans l’ensemble de l’opération, selon les lieux, des visites guidées seront proposées.

Les opéras rivalisent d’idées pour valoriser leur patrimoine, notamment à l’attention des jeunes publics, comme par exemple l’organisation de jeux de pistes, des cluedos géants. A Lille, 500 enfants seront sur scène dans le cadre des  ateliers Finoreille. Pour les grands, à Montpellier, un artiste en résidence à l’Opéra Orchestre invite le public à de nouvelles possibilités d’écoute, et à Caen une exposition de portraits de femmes en prison retrace le travail effectué au centre pénitentiaire de Caen en 2015 et 2016.

Des spectacles et des répétitions

L’intérêt, dans certaines villes, est également de pouvoir assister à un spectacle gratuit, présentation définitive ou répétition. Ainsi l'Opéra Bastille à Paris, offre une représentation de "Wozzeck" d'Alban Berg mis en scène par Christoph Marthaler. Caen propose à la fois un mini concert de la mezzo-soprano Lucile Richardot avec le claveciniste Pierre Gallon et un jongleur sur une mise en espace de Francesca Lattuada, et une présentation de la nouvelle création du Théâtre de Caen avec la Maîtrise de Caen. L’œuvre qui sera créée les 19 et 20 mai, est écrite par le compositeur Benjamin Dupé sur un livret de Marie Desplechin.

A Avignon, le Chœur de l’Opéra Grand Avignon montrera les répétitions d’"Anna Bolena" de Donizetti. Répétitions également des "Pêcheurs de perles" de Bizet à Bordeaux, de "Rusalka" de Dvorak à Tours, de "Carmen" de Bizet à Rennes, de "La Voix Humaine" de Poulenc à Metz.

"Marie-Nicole Lemieux & friends"

Vendredi 5 mai, à l’Opéra comique, Marie-Nicole Lemieux donne un spectacle spécialement concocté pour "Tous à l’opéra" : "Marie-Nicole Lemieux & friends". Un récital piano (il n’y aura donc pas d’orchestre au complet) dans lequel elle compte transmettre son amour pour l’opéra, "parce que", dit-elle, elle y vit "des émotions extraordinaires à travers ces œuvres", dit-elle. "J’ai demandé à Julie Depardieu de m’accompagner dans ce spectacle parce que c’est une fan absolue d’opéra et elle-même, avec sa grande expérience au théâtre et au cinéma, parle d’émotions inégalées ailleurs, car tous les arts sont réunis à l’opéra".

La contralto recevra également la visite de la mezzo-soprano Stéphanie d’Oustrac, du ténor Philippe Talbot, du baryton Florian Sempey et de la soprano Chantal Santon, "des artistes qui ont des choses à dire et par leur voix et par leur présence", dit-elle enthousiaste. Au programme, "différents airs d’opéra, que j’ai choisi de lier autour d’un grand sujet : les histoires d’amour. J’ai sorti les airs de leur contexte, qui disent le désir, l’attente amoureuse, les premiers contacts, la rencontre, puis la jalousie, la séparation, la fin amoureuse, heureuse ou pas (rires)". On ne saura rien des airs. Ce sera la surprise.

Culturebox relaiera l’opération France 3

France 3 dans la nuit de samedi 6 à dimanche 7 diffusera onze opéras par région et Culturebox relaiera cette diffusion dans sa globalité durant tout le week-end. Parmi les œuvres, "La finta giardiniera" de Mozart (filmé à l’Opéra de Lille), "Le Dialogue des Carmélites" (Opéra d’Angers), ou encore "La Flûte enchantée" de Mozart (Lyon). Le 6 mai Culturebox diffusera également en direct de l’Opéra comique "Alcione" de Marin Marais, sous la direction musicale de Jordi Savall et la mise en scène de Louise Moaty.

Tous à l'Opéra sur France Télévisions