Une Flûte aux images enchantées, en live sur Culturebox

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 05/07/2013 à 11H47
La Flûte Enchantée à l'Opéra de Lyon . Répétition générale du 22 juin 2013

La Flûte Enchantée à l'Opéra de Lyon . Répétition générale du 22 juin 2013

© PHOTOPQR LE PROGRES / MAXIME JEGAT / MAXPPP

Du 24 juin au 9 juillet, l’Opéra de Lyon propose une nouvelle mise en scène encore plus magique de La Flûte Enchantée de Mozart. Spectacle retransmis en direct le samedi 6 juillet, sur Culturebox ainsi que sur grand écran dans 14 villes de Rhône-Alpes et Paris-Berges de Seine. Franck Giroud a vu le spectacle en avant-première.

Voir le LIVE sur Culturebox à partir de 21h45
Chaque production de « la Flûte enchantée » si souvent représentée est à la fois très attendue et très difficile à renouveler. La nouvelle version proposée par l’opéra de Lyon pour conclure sa saison réussit ce pari de fédérer un large public en proposant plusieurs niveaux de lecture.
 
Les grandes œuvres universelles ont cela en commun. Elles s’adressent au plus grand nombre. Elles parlent à l’âme des petits et des grands. Elles réveillent cette petite voix qui sommeille en chacun d’entre nous et qui fait vibrer la corde sensible des souvenirs d’enfance bercés par ces airs musicaux. « La Flûte enchantée » de Mozart fait partie de ces opéras qui réunissent tous les atouts de ce succès à chaque fois confirmé.
Sur l’écran au dessus du plateau, les images accompagnent les airs archiconnus de l’opéra.

Sur l’écran au dessus du plateau, les images accompagnent les airs archiconnus de l’opéra.

© PHOTOPQR LE PROGRES / MAXIME JEGAT
Une mise en scène magique
Pour faire vivre l’histoire d’amour entre Tamino et Pamina, l’amitié entre Tamino et Papageno et la rivalité entre Sarastro et la Reine de la Nuit, le directeur de l’opéra de Lyon, Serge Dorny, a associé deux maîtres d’œuvre. Luc De Wit est rompu à la mise en scène de cette ultime œuvre lyrique de Mozart. Il dirige avec finesse et nuances les jeunes interprètes de cette production. Pierrick Sorin, vidéaste, génial bricoleur d’images, plonge les chanteurs dans un univers visuel de science fiction très artisanale. Comme un magicien qui dévoilerait ses trucs avant ses tours de magie, il nous montre comment se construisent les images qui sont projetés sur la scène.
Une Reine de la Nuit qui semble, tour à tour, flotter dans le cosmos ou embraser la scène de sa fureur

Une Reine de la Nuit qui semble, tour à tour, flotter dans le cosmos ou embraser la scène de sa fureur

© PHOTOPQR LE PROGRES / MAXIME JEGAT
Ainsi dans ses deux airs célèbres, la Reine de la Nuit semble tour à tour flotter dans le cosmos puis embraser le plateau de sa fureur : fumigènes et flammes sont activés à vue par une petite troupe de manipulatrices à la fois discrètes et volontairement visibles.
 
Au fil des scènes, Pierrick Sorin laisse aux spectateurs le choix de son point de vue. Sur la scène, les chanteurs et les manipulatrices font défiler les accessoires nécessaires à la féérie. Ici des marionnettes de têtes d’animaux sauvages, là un cœur à paillettes ou un aquarium à poissons rouges. Sur l’écran au dessus du plateau, les images accompagnent avec une charmante naïveté maîtrisée les airs archiconnus de l’opéra.

De jeunes artistes dans les grands rôles
L'ensemble des rôles est confié à de jeunes artistes issus du studio de l'Opéra de Lyon

L'ensemble des rôles est confié à de jeunes artistes issus du studio de l'Opéra de Lyon

Dans ce livre d’images, c’est une nouvelle fois la musique dirigée ici par le fidèle chef mozartien Stefano Montanari, qui triomphe. La musique géniale de Mozart offre par la succession d’airs souvent courts, la chance à de jeunes chanteurs d’entrer dans la carrière lyrique. Comme un effet miroir à cette œuvre initiatique, l’opéra de Lyon propose en effet aux jeunes artistes issus du Studio de l’opéra de Lyon piloté par Jean Paul Fouchécourt l’ensemble des rôles de cette Flûte. Cette production opère ainsi sur cette jeune troupe, le rôle d’apprentissage et d’accomplissement. Prises de rôle réussies et bel avenir en particulier pour Mauro Peter en viril Tamino, Heather Newhouse en amoureuse Pamina, Philippe Spiegel en facétieux Papageno, Rémy Mathieu en expressif Monostatos et enfin Sabine Devieilhe, merveilleuse et déchirante Reine de la nuit. Comme à la fin du voyage initiatique des personnages de la Flûte, les portes s’ouvrent devant eux : celles du triomphe et d’une belle carrière lyrique.
 
La salle de l'Opéra de Lyon le soir de la générale le 22 juin 2013

La salle de l'Opéra de Lyon le soir de la générale le 22 juin 2013

© PHOTOPQR LE PROGRES / MAXIME JEGAT
La Flûte enchantée à l'Opéra de Lyon
Lundi 24 Juin 2013 à 20h
Mercredi 26 Juin 2013 à 20h
Jeudi 27 Juin 2013 à 20h
Vendredi 28 Juin 2013 à 20h
Samedi 29 Juin 2013 à 20h
Mardi 02 Juillet 2013 à 20h
Mercredi 03 Juillet 2013 à 20h
Jeudi 04 Juillet 2013 à 20h
Samedi 06 Juillet 2013 à 21h30
Dimanche 07 Juillet 2013 à 16h *
Lundi 08 Juillet 2013 à 20h
Mardi 09 Juillet 2013 à 20h

Samedi 6 juillet en direct sur Culturebox de 21h30 à 01h30