Un triomphe pour Mariss Jansons au Concert du Nouvel An

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 01/01/2012 à 15H38
Mariss Jansons dirige le concert du nouvel an, le 1er janvier à Vienne

Mariss Jansons dirige le concert du nouvel an, le 1er janvier à Vienne

© DIETER NAGL / AFP

Le chef d'orchestre letton Mariss Jansons, pour la seconde fois après 2006, a triomphé dimanche à la baguette du concert du Nouvel An de l'Orchestre philharmonique de Vienne, concert de musique classique le plus médiatisé au monde et consacré aux valses, polkas et galops de la famille Strauss. En France, c'est France 2 qui en assurait la retransmission.

Pour la 72e édition du concert du Nouvel An, dans la "salle en or" du prestigieux Musikverein, Mariss Jansons, âgé de 68 ans, et les musiciens du Philharmonique ont été ovationnés pendant de longues minutes par le public debout.

Outre, au final, la plus célèbre des valses, "Le Beau Danube Bleu", de Johann Strauss fils (1825-1899), et le martèlement de "La marche de Radetzky" de Johann Strauss père (1804-1849), le public battant alors la mesure en frappant dans ses mains, les spectateurs ont aussi apprécié les clins d'oeil à l'Union européenne et au Danemark à l'occasion de la présidence semestrielle danoise de l'UE, ainsi qu'aux Jeux Olympiques d'été de Londres.

Ainsi, le programme comprenait le "Galop de la locomotive à vapeur de Copenhague" du compositeur danois Hans Christian Lumbye (1810-1874), surnommé "le Strauss du Nord", et "l'Albion Polka", de Johann Strauss fils, créée en 1851 à Vienne en hommage au mari de la Reine Victoria, le prince Albert de Saxe-Coburg-Gotha.

Le club des 15
Mariss Jansons fait partie du club très fermé des 15 prestigieux chefs d'orchestre, tous choisis par les musiciens, qui, depuis sa création en 1842, gèrent eux-mêmes le Philharmonique. A ses côtés figurent les Autrichiens Josef Krips, Willy Boskovsky, Herbert von Karajan, Carlos Kleiber, Nikolaus Harnoncourt et Franz Welser-Möst,

l'Allemand Clemens Krauss, l'Américain Lorin Maazel, les Italiens Claudio Abbado et Riccardo Muti, l'Indien Zubin Mehta, le Japonais Seiji Ozawa, le Français Georges Prêtre et l'Israélo-Argentin Daniel Barenboïm.

Le concert était retransmis en direct dans 74 pays, de l'Albanie à l'Uruguay en passant par l'Australie, la Chine, l'Inde, le Japon, les Etats-Unis ou la Russie. En France, c'est sur France 2 que les téléspectateurs ont pu le suivre. Quant à la décoration florale, elle était assurée pour la 31e fois par les jardiniers de la ville italienne de San Remo. Comme d'habitude, les précieux sésames des billets s'étaient arrachés dans le monde entier un an à l'avance.