Turquie: Le pianiste Fazil Say, bête noire des islamistes, jugé en octobre

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 26/05/2012 à 11H09
Fazil Say au Théâtre des Champs-Elysées en février 2010

Fazil Say au Théâtre des Champs-Elysées en février 2010

© Fred Dufour / AFP

Le compositeur et pianiste turc de renom international Fazil Say sera jugé à partir du 17 octobre, accusé d'atteinte aux valeurs religieuses pour des messages jugés offensants sur l'Islam sur Twitter, a indiqué vendredi son avocat.

Le virtuose du clavier, de renom international, est accusé notamment d'avoir "sans raison apparente porté atteinte aux valeurs religieuses qui sont sacrées", précisent les journaux Hürriyet et Milliyet.

"Mon client risque jusqu'à un an et demi de prison. Le procès s'ouvrira le 17 octobre devant un tribunal d'Istanbul", a déclaré Maître Meltem Akyol.

Le virtuose du clavier, sera jugé aux  termes de l'article 216 du code pénal qui réprime notamment l'atteinte aux valeurs religieuses, a-t-elle expliqué. "Il sera présent à l'audience", a ajouté Meltem Akyol.

Fazil Say a attiré les foudres des conservateurs turcs en affichant son athéisme sur Twitter.  Il s’est notamment moqué de l'appel à la prière du muezzin en citant à l'appui des vers du grand poète persan du XIe siècle Omar Khayyam critiquant la religion.

Fazil Say, 42 ans, est aussi célèbre pour ses talents de compositeur que pour ses interprétations très personnelles su répertoire classique. Il affirmait le mois dernier n’avoir « plus d’autre voie » que de quitter la Turquie. Il expliquait que son pays, dirigé par un gouvernement islamo-conservateur, est confronté à la montée de l’islam radical, intolérant à tout autre mode de vie. Il envisageait de s’exiler au Japon.

"Je suis peut-être la première personne au monde à faire l'objet d'une enquête en justice pour avoir déclaré mon athéisme", a-t-il déclaré au quotidien Hürriyet, ajoutant: "Si je suis condamné à la prison, ma carrière sera terminée".