Tous à l'opéra : un week-end pour découvrir les coulisses de l'art lyrique

Par @Culturebox
Publié le 07/05/2017 à 16H13
L'opéra Garnier à Paris. 

L'opéra Garnier à Paris. 

© PHOTOPQR/LE PARISIEN/DELPHINE GOLDSZTEJN

Répétitions publiques, concerts, visites de la machinerie et des ateliers costumes et maquillage... Depuis 11 ans, une vingtaine d'opéras français ouvrent leurs portes au public le temps d'un week-end pour dévoiler l'envers du décor de cet univers souvent réputé élitiste. Cette année encore, des milliers de visiteurs, initiés ou néophytes, ont répondu présent.

"Combattre les idées reçues"

Aujourd'hui encore, l'opéra a du mal à se défaire de son étiquette de loisir élitiste réservé à une caste d'initiés. "Effectivement à Paris, le coût des places est relativement élevé, ce qui est moins le cas en province" précise Laurence Lamberger-Cohen, directrice de la Réunion des Opéras de France (ROF), l'association organisatrice de l'événement. 

"C'est aussi un genre qui est extrêmement codifié avec des œuvres qui ne sont pas toujours en français. Le public a peur de ne pas comprendre. Et puis cela a été, au XIXe siècle, un genre très social où on venait pour se montrer. C'est la raison de cette manifestation : combattre ces idées reçues et enlever les barrières" ajoute-t-elle. Avec ces portes ouvertes, certains visiteurs mettent les pieds pour la première fois dans un opéra.


A Marseille

A Marseille, les visiteurs ont notamment pu assister à un récital donné par le choeur d'un collège de la ville. Ses choristes, âgés de 11 à 15 ans, n'avaient pour la plupart jamais chanté auparavant. "Je tiens à ce qu'ils prennent du plaisir et qu'ils réalisent la chance qu'ils ont" explique Nathalie Di Mondo, professeur de musique au collège Grande Bastide. "Parce que la musique, ça se partage. Chanter, c'est forcément pour être écouté". 

Reportage à l'opéra de Marseille : L. Esnault / V. Bour / E. Guez

 

A Compiègne

Au théâtre impérial de Compiègne, dans l'Oise, seule scène d'art lyrique entre Paris et Lille, le public a notamment pu visiter l'atelier costumes et essayer certaines tenues qui ont été portées sur scène. 

Reportage à l'opéra de Compiègne : C. Behr / E. Ramirez / F. Desgardins

 

A Rennes

L'opéra de Rennes, lui, a axé l'opération sur le thème de "Carmen", la fameuse oeuvre de Bizet qui sera à l'affiche à partir du 30 mai. La mise en scène est signée Nicolas Berloffa et côté casting, on retrouve Julie Robard-Gendre dans le rôle-titre et Antoine Belanger dans celui de Don José. 

Le public a pu assister à une répétition d'une heure, sans costumes, et découvrir ainsi la phase d'élaboration d'un spectacle.  Egalement au programme : un atelier chant pour se familiariser avec l'air du Toréador ou de la garde montante. 

Reportage à l'opéra de Rennes : G. Raoult / T. Bouilly / T. Descamps