Désespoir, deuil, amour… La tragédie lyrique de Gluck est présentée dans sa version italienne à Venise

En 1714, naissait le compositeur allemand Christoph Willibald Gluck. La Fenice lui rend hommage et célèbre le tricentenaire de sa naissance en présentant l’opéra baroque “Alceste”.

Pier Luigi Pizzi (qui s’occupait en 2013 de “Gioconda” à l’Opéra Bastille) signe les costumes, la mise en scène et les décors de l’opéra. Sous la baguette du chef d’orchestre Guillaume Tourniaire, l’opéra en trois actes est interprétée dans sa version originale italienne. Créée à Vienne en 1767, Gluck modifia l’oeuvre pour sa représentation à Paris en 1776. La version italienne est rarement jouée contrairement à la française (En 2013, Olivier Py mettait en scène cette dernière version à l’Opéra Garnier).
 
Intrigue
L’oracle (Armando Gabba) l’a annoncé : le roi Admète (Martin Miller) est mourant et il restera en vie si et seulement si quelqu’un se sacrifie à sa place. Alceste (Carmela Remigio) décide alors d’offrir sa vie à Apollon (Vicenzo Nizzardo) contre celle de son époux.

En coproduction avec le Centre de Musique Baroque de Versailles et avec la Fondazione Teatro del Maggio Musicale Fiorentino

Distribution

  • Date 22 septembre 2016
  • Durée 2h 30min
  • Production Oxymore
  • Compositeur Christoph Willibald Gluck
  • Chef d'orchestre Guillaume Tourniaire
  • Lumière Vincenzo Raponi
  • Mise en scène, décors, costumes Pier Luigi Pizzi
  • Livret Ranieri Simone Francesco Maria de' Calzabigi , d’après Alceste d’Euripide
  • Solistes Carmela Remigio - Alceste / Marlin Miller - Admeto / Giorgio Misseri - Evandro / Zuzana Markova - Ismene / Vincenzo Nizzardo - Apollo, Il gran sacerdote di Apollo / Armando Gabba - Un banditore, La voce dell’Oracolo
A lire aussi