Stéphane Lissner à la tête de l'Opéra de Paris en 2015

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/10/2012 à 10H58
Stéphane Lissner en mai 2008 à la Scala de Milan

Stéphane Lissner en mai 2008 à la Scala de Milan

© G.Cacace. AFP

L'actuel surintendant de la Scala de Milan prendra la tête de l'Opéra national de Paris après le départ de son directeur Nicolas Joel à l'été 2015, a annoncé le ministère de la Culture lundi. "En accord avec le président de la République et le Premier ministre, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, proposera la nomination de Monsieur Stéphane Lissner au poste de directeur délégué de l'Opéra national de Paris".

Stéphane Lissner, 59 ans, est actuellement directeur artistique de la Scala de Milan et directeur de la musique au Festival de Vienne (Wiener Festwochen). Il a été à la tête du Théâtre du Châtelet à Paris puis du Festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence.

"La solidité et la maturité de son expérience internationale, sa capacité d'innovation et d'appel aux meilleurs artistes permettront à l'Opéra de Paris, fort de ses compétences, de ses équipes et de ses métiers, de tenir la place majeure qui lui revient", a souligné le ministère. Sa nomination intervient au lendemain de la publication dans Le Journal du dimanche d'une interview de l'actuel directeur de l'Opéra de Paris. Nicolas Joel y affirme qu'il n'était pas candidat à un nouveau mandat en raison des coupes budgétaires décidées par le ministère de la Culture, qui risquent "d'avoir des conséquences néfastes sur la programmation artistique" voire l'emploi selon lui.

Nicolas Joel, 59 ans, a pris la tête de l'Opéra de Paris en août 2009 pour un mandat de six ans renouvelable une fois pour trois ans. Sa succession était ouverte depuis août 2012, le gouvernement pouvant désigner un "directeur délégué", appelé à succéder au directeur, trois ans avant la fin de son mandat. Au ministère, on souligne que Nicolas Joel avait présenté un plan d'action après les coupes budgétaires et souhaitait rester mais que la ministre s'y est opposée.