Roberto Alagna : "J’ai beaucoup de chance, la plupart de mes rêves ont été exaucés"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/11/2016 à 15H43
Le ténor Roberto Alagna sort un nouvel album, un cadeau pour sa fille Malèna.

Le ténor Roberto Alagna sort un nouvel album, un cadeau pour sa fille Malèna.

© Culturebox / Capture d'écran

A 53 ans, le ténor franco-italien sort un nouvel album intitulé "Malèna", en hommage à sa deuxième fille née en 2014, et à ses racines italiennes. Invité du 20H de France 2, Roberto Alagna revient sur ses débuts et évoque son incroyable destin, du garage de banlieue parisienne où il est né aux plus grandes scènes lyriques du monde

Rien ne prédisposait Roberto Alagna à cette carrière de star du chant lyrique. Hormis l’amour du chant et de la musique transmis par sa famille d’origine sicilienne. Mais Roberto, né en 1963 à Clichy-sous-Bois, avait un truc en plus : une voix sublime.

A 15 ans, il chante le week-end dans une pizzeria, puis viennent les cabarets et le jeune chanteur devient professionnel à 17 ans. Il est repéré par Raoul Ruiz, un musicien cubain et professeur de chant qui lui révèle qu’il est ténor et l’initie à l’opéra. Il rencontre ensuite le directeur du festival d’Aix-en-Provence et Eve Ruggieri qui lui offre sa première apparition à la télé.

Roberto Alagna remportera quelques temps après le prestigieux concours Pavarotti. Le maestro lui prévoyait une longue carrière, il ne s’était pas trompé.

Reportage : P. Deschamps / D. Levy / R. Mathe / P. Touileb / G. Bensoussan / L. Bleuzen
Une histoire de famille
Ce nouvel album est un cadeau fait à sa deuxième fille Malèna qu’il a eu en 2014 avec la soprano polonaise Aleksandra Kurzak. Un cadeau qui a mobilisé toute la famille Alagna et notamment les deux frères de Roberto, David et Frederico Alagna.

"Malèna" regroupe une dizaine d’airs napolitains célèbres revisités ainsi que des créations originales composées et écrites en sicilien, italien et napolitain par Frederico et David. Son album le plus intime et personnel selon Roberto Alagna. 
Roberto Alagna Malèna © DR