"Pierre et le loup" au coeur d'une semaine jeune public à l'auditorium de Lyon

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 19/04/2012 à 12H21
L'Orchestre national de Lyon interprète "Pierre et le loup" sur la scène de l'auditorium

L'Orchestre national de Lyon interprète "Pierre et le loup" sur la scène de l'auditorium

© Stéphanie Loeb

Du 16 au 22 avril 2012, l'auditorium de Lyon organise pour la première fois une semaine entière dédiée au jeune public, sur la thématique du loup. Au programme : des concerts, mais aussi des ateliers animés par le plasticien Daniel Mayar. Outre "Le loup", ballet d'Henri Dutilleux donné en version de concert, la pièce maîtresse du festival est l'incontournable "Pierre et le loup" de Sergueï Prokofiev, interprétée par l'Orchestre national de Lyon, sous la direction d'Antoine Marguier, et racontée par le comédien Florian Santos. En voici un extrait.

 

 

"Pierre et le loup" a beau avoir été écrite en Russie (URSS à l'époque) en 1936, l'oeuvre de Prokofiev est universelle et intemporelle. La preuve : lorsqu'elle est donnée 76 ans plus tard à l'auditorium de Lyon, dans une salle remplie d'enfants, l'engouement est toujours le même : « Attention, le loup arrive ! »… « Il est rigolo, l’oiseau »… Les commentaires et les rires fusent tout au long du spectacle, totalement interactif !

A la découverte des instruments 

Œuvre didactique par excellence, « Pierre et le loup » a pour objectif de familiariser les enfants avec les instruments de l’orchestre symphonique. Ainsi, tandis que le narrateur raconte l’histoire, l’orchestre ponctue le récit d’intermèdes musicaux où les différents protagonistes sont personnifiés par des instruments : Pierre, le quatuor à cordes, l’oiseau, la flûte traversière, le canard, le hautbois, etc… L’ONL a souhaité aller encore plus loin dans la démarche en faisant appel, en première partie, à un présentateur qui « décortique » l’œuvre avant qu’elle soit donnée, comme nous l’explique Arnaud Brovillé, chargé de médiation à l’Orchestre national de Lyon.

 

 

« C’était génial ! La musique était bien jouée et c’était bien raconté » s’exclame Alicia, 9 ans. « Moi, j’ai même pas eu peur du loup » renchérit Nathanaël, 5 ans et demi, tandis qu’Eulalie, 6 ans, précise qu’elle connaissait l’histoire par cœur, car elle a le CD, mais qu’elle a adoré, surtout les instruments. Mission accomplie : les enfants sont conquis… Peut-être des futurs passionnés de musique classique.

Des ateliers ludiques 

Mais les enfants ne se contentent pas d’être spectateurs lors de ce « festival du loup » à l’auditorium. 50 d’entre eux, âgés de 8 à 12 ans, participent à une série d’ateliers. Ainsi, en début de semaine, ils ont pu approcher de vrais loups et découvrir leur mode de vie au Parc de Courzieu. Ils ont aussi rencontré les musiciens de l’ONL, découvert l’orgue de l’auditorium et visité les coulisses du bâtiment. Le plasticien Daniel Mayar, quant à lui, leur propose toutes sortes d’activités créatrices avec son équipe composée de peintres, comédiens et autres vidéastes. Avec leur aide, les artistes en herbe ont ainsi réalisé le « ciel étoilé » qu’on aperçoit au-dessus de la scène de l’auditorium, et qui se compose de « planètes peintes » accrochées sur des manteaux.

Le "ciel étoilé" réalisé par les enfants lors des ateliers

Le "ciel étoilé" réalisé par les enfants lors des ateliers

© Stéphanie Loeb

Tout au long de la semaine, ils réalisent également une fresque de loups avec une peinture bien particulière : du chocolat ! Daniel Mayar nous en dit plus sur ces ateliers, devant la fameuse fresque qui dégage une merveilleuse odeur.

 

 

Si l'auditorium a l'habitude de proposer des spectacles jeune public baptisés "concerts en famille", c'est la première fois qu'il organise un festival entièrement dédié aux enfants, sur une thématique particulière. Et l'initiative suscite un tel engouement qu'elle sera sans aucun doute réitérée lors de prochaines vacances scolaires.