Philippe Jaroussky : les dernière notes avant huit mois sabbatiques

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 13/11/2012 à 17H52
Le contreténor Philippe Jaroussky au Victoires de la musique en 2009

Le contreténor Philippe Jaroussky au Victoires de la musique en 2009

© JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Contreténor vedette de la scène lyrique française, Philippe Jaroussky annonce prendre huit mois sabbatiques, après quelques rares dates d'ici à la fin de l'année à Paris, dont sa prestation mercredi Salle Gaveau, et la sortie de "La Voie du rêve", un CD qui revient sur ses dix ans de carrière, avec six inédits.

Dans une interview au Figaro de mardi, Philippe Jaroussky conditionne son succès sur la scène internationale à "Avoir été au bon endroit au bon moment, où tout était possible". Quand il monte sur les planches en 1999, le jeune homme de 21 ans joue d'une voix aux aigus d'une clareté exceptionnelle en phase avec l'engouement pour le baroque dans lequel se reconnaît aussi Andreas Scholl et surtout Cecilia Bartolli. Ce que l'on croit être un phénomène de mode, s'enracine dans le public qui continue encore à plébisciter ce registre, avec notamment les découvertes de la Bartoli dans le domaine.

Jaroussky participe d'ailleurs à une de ces découvertes en se produisant et en enregistrant avec succès un opéra inédit de Vinci, "Artaverse", ou en jouant les invités-surprises auprès de Cecilia Bartoli pour fêter les 30 ans des Musiciens du Louvre à la rentrée 2012, ou encore ce mercredi pour les adieux à la scène de James Bowman, salle Gaveau.

Philippe Jaroussky chante "Rinaldo" de Händel aux Victoires de la Musique 2012 :

Son arrivée à 21 ans sur les planches lors de l'explosion du goût pour le baroque fut la chance de sa vie. "Je n'aimerais pas avoir 20 ans en ce moment, confie-t-il au Figaro. A l'époque où j'ai commencé, une voix comme la mienne était recherchée. Aujourd'hui, la concurrence est féroce", explique-t-il. Et de reconnaître que la génération montante va impressionner la critique et que s'il joue encore le beau rôle, celui-ci n'est pas éternel.

Philippe Jaroussky ne s'empêche pas pour autant de prendre huit mois sabbatiques avant de revenir autour de la rentrée 2013 avec un nouvel abum, déjà dans la boîte, enregistré au Tyrol, mais sur lequel il ne dévoile rien. Confiant il déclare : "Il y a six ans, j'étais persuadé que j'allais changer de tessiture, perdre des aigus pour gagner dans les graves. Je m'aperçois en fin de compte que ma voix s'est stabilisée". Et d'affirmer : "J'entends bien encore profiter de ma voix au moins dix ans, avant de me consacrer plus sérieusement à la direction de mon ensemble Artaserse".

A écouter : 

"La Voix des rêves " CD et DVD - Virgin Classics

Sur scène :

Concert James Bowman Salle Gaveau : 14 novembre

Artaserse Théâtre des Champs-Elysées : 12 et 13 décembre