Chef-d'oeuvre mystique, Parsifal de Wagner est mis en scène par Dmitri Tcherniakov sous la direction de Daniel Barenboim

Dernier chef-d'oeuvre lyrique de Wagner, Parsifal s’apparente à une épopée médiévale marquée de références chrétienne et bouddhiste et de tradition ésotérique. Wagner a écrit lui-même le livret qu'il qualifia de « festival scénique sacré ». L'ouvrage est puissant, majestueux et testamentaire.

Résumé
Afin de demeurer pur et innocent, Parsifal est protégé par sa mère durant toute son enfance de tout contact avec le monde. Ayant malgré tout découvert le mal et le péché, il parvient, au terme d’un long chemin épique et introspectif, à la découverte du Graal, plénitude de vie et quiétude de l’âme. L'histoire se déroule au domaine de Montsalvat, où la confrérie des chevaliers du Saint-Graal conserve le vase qui contient le sang du Christ... Découvrir l'argument complet de Parsifal.

Contexte
Wagner s'attelle à Parsifal, son œuvre ultime, en 1877 et la termine l'année précédant sa mort, en 1882. En parallèle, il écrit des essais sur la religion et l'art. L'opéra est créé le 28 juillet 1882 à Bayreuth, festival rêvé et fondé par Wagner lui-même. La scène du théâtre de Bayreuth est pensée pour permettre l'alchimie entre poésie, musique, théâtre et danse.

Un opéra wagnérien...
Dans cette œuvre majestueuse et audacieuse, Wagner mêle en effet musique et théâtre afin de créer un « drame musical » et une « œuvre d'art totale » . L’orchestre y est puissant et d’une importance équivalente à celle des chanteurs. 

... Et un testament
Wagner s'oppose à la convention qui érige l'opéra en un simple divertissement. Pour lui, l'opéra et le théâtre lyrique sont un lieu d'initiation sacrée. Ce dernier opéra est profondément marqué par l'évolution spirituelle de Wagner. Parsifal est tiré de la légende chrétienne du saint Graal. Il en imagina jusqu'à la mise en scène, que son testament interdisait de modifier.

Distribution
Le metteur en scène et directeur de théâtre russe Dmitri Tcherniakov, auteur de nombreuses créations lyriques, dirige l'œuvre sur scène et le chef d'orchestre et pianiste israélo-argentin Daniel Barenboim la dirige depuis la fosse. Parsifal est interprété par le ténor autrichien Andreas Schager, déjà un habitué de Wagner malgré son jeune âge. Il est entouré des chanteurs wagnériens Wolfgang Koch (Amfortas), René Pape (Gurnemanz) et Anja Kampe (Kundry)... Voir la distribution complète ci-dessous.  

Parsifal est chanté par une voix de ténor, ici par Jonas Kaufmann au Met Opera de New York. Il interprète le monologue de Parsifal à l'acte II, « Amfortas! Die Wunde! » :

 
Les anecdotes
  • À la déception de Wagner, Louis II roi de Bavière n'était pas présent lors de la création de Parsifal à Bayreuth 
  • On raconte qu'un violent orage se déchaîna sur Bayreuth, au moment de la dernière représentation de Parsifal. Wagner en fut profondément attristé, était-ce un mauvais présage ? Sept mois après, il s'éteignait à Venise.  

Pourquoi Parsifal est-il souvent qualifié de « visionnaire » ?

Distribution

  • Date 18 avril 2015
  • Durée 5h 25min
  • Production Bel Air Media
  • Réalisation Andy Sommer
  • Compositeur Richard Wagner
  • Metteur en scène Dmitri Tcherniakov
  • Chorégraphe Staatskapelle Berlin
  • Chef d'orchestre Daniel Barenboim
  • Costumes Elena Zaytseva
  • Dramaturgie Jens Schroth
  • Solistes Amfortas - Wolfgang Koch / Gurnemanz - René Pape / Parsifal - Andreas Shager / Klingsor - Thómas Thómasson / Kundry - Anja Kampe / Titurel - Matthias Hölle / Ecuyers - Sonia Grané, Annika Schlicht, Stephen Chambers, Jonathan Winell / 1er Chevallier - Paul O’Neil / 2ème Chevalier - Grigory Shkarupa / Filles-fleurs de Klingsor - Julia Novikova, Adriane Queiroz, Sonia Grané, Narine Yeghiyan, Annika Schlicht, Anja Schlosser