Olivier Py et "La juive" dénoncent l’antisémitisme au festival "Pour l'Humanité"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 18/03/2016 à 15H14
"La Juive" de Jacques-Fromental Halévy, une mise en scène d'Olivier Py / à l'Opéra de Lyon dans le cadre du festival Pour l'Humanité

"La Juive" de Jacques-Fromental Halévy, une mise en scène d'Olivier Py / à l'Opéra de Lyon dans le cadre du festival Pour l'Humanité

© France 3 / capture d'écran

Le festival "Pour l'Humanité" organisé par l'Opéra de Lyon présente "La juive" d'Halévy, mis en scène par Olivier Py jusqu'au 30 mars. Cet opéra est l'un des plus grands succès du 19e siècle. Ses antagonismes religieux sur fond d'antisémitisme résonnent particulièrement aujourd'hui. Un sujet récurrent au cœur du débat de l'édition 2016 du festival.

L'opéra de Lyon a choisi cette année de proposer une réflexion autour de la tolérance et l'acceptation de l'autre. Toute la programmation du festival "Pour l'humanité" s'articule autour d'oeuvres qui traitent du droit à la liberté et du droit à l'existence à l'instar de "La juive", une des oeuvres des plus représentatives du grand opéra à la française.
 
Avec beaucoup de faste et d'éclats, la distribution est imposante, les choeurs impressionnants, la machinerie spectaculaire autour d'un sujet profond et fascinant qui plaide la tolérance et rejette tous les fanatismes. 
Ça ressemble un peu à ce qu'a été le grand film hollywoodien de la grande époque d'Hollywood. C'est à dire que tout le monde doit s'y retrouver ; ça doit réunir toute la cité, autour de sujets profonds mais aussi d'un plaisir sensuel et musicalOlivier Py
Metteur en scène


Reportage : O. Denoyelle / C. Cherry-Pellat / L. Perimony / P. Dehais

Créé en 1835 par Jacques-Fromental Halévy, cette histoire d'amour impossible, sur fond de trahisons et d'antagonismes religieux, a été un grand succès au 19e siècle. Cette oeuvre, jouée 600 fois, a été choisie pour l'ouverture du Palais Garnier en 1875. Elle était admirée par Wagner, fut immortalisée par Proust... c'est dire l'intérêt de cette oeuvre et la fascination qu'elle inspire à cette période.

Ses principales thèmatiques sont l'intolérance et le fanatisme, alors qu'à cette époque, jamais personne ne s'était risqué à parler d'antisémitisme sur les planches. "La Juive", oeuvre prémonitoire, disparaîtra de la scène dès 1930 jusqu'à son retour en 2007 à l'Opéra de Paris.
 

A partir des années 30, pour des raisons inavouables, à savoir d'antisémitisme pur, on l'a rayé des répertoires

Olivier Py
 
Tout comme "La Juive", trois autres oeuvres évoquant intolérance, injustices, entraves à la liberté ou droit à la vie sont à découvrir pendant le festival "Pour l'Humanité". "L’empereur d’Atlantis", "Benjamin la dernière nuit" et "Brundibar" : quand l'art lyrique devient militant et nous incite à réfléchir sur ce qui altère notre Humanité.