"Nixon in China", un peu d'histoire sur la scène du Châtelet, à Paris

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 12/04/2012 à 16H31
Franco Pomponi (Richard Nixon) trinque avec Kyung Chun Kim (Chou En-Lai)

Franco Pomponi (Richard Nixon) trinque avec Kyung Chun Kim (Chou En-Lai)

© Marie-Noëlle Robert

Composé par John Adams, "Nixon in China", premier opéra à traiter de l'histoire contemporaine, est présenté jusqu'au 18 avril sur la scène du Théâtre du Châtelet.

Cet opéra créé en 1987, inspiré du voyage historique de l'ancien président américain en Chine en 1972, est mis en scène par le Chinois Cheng Shi-Zheng, 49 ans, qui a été très marqué dans son enfance par cette visite. Cette nouvelle production célèbre justement le 40e anniversaire de ce voyage, et le 25e anniversaire de la création de l'oeuvre de John Adams aux Etats-Unis, alors dans une mise en scène de Peter Sellars.

La bande-annonce de "Nixon in China"


Un metteur en scène très marqué par la Révolution culturelle chinoise
Cet opéra en anglais, donné il y a plus de 20 ans à Paris dans sa version originale pour n'y plus revenir, prend cette fois une tout autre couleur avec la mise en scène de Cheng Shi-Zheng. Celui-ci présente l'événement du point de vue chinois. "C'est une expérience déstabilisante", a déclaré à l'AFP le metteur en scène, désormais établi à New York. "J'ai grandi durant la Révolution culturelle. C'était une époque très violente durant laquelle j'ai perdu ma mère à l'âge de quatre ans."

"Pendant des années, j'ai essayé de gommer cela de ma mémoire. Je ne voulais pas y penser." Pourtant, pour monter cet opéra, Cheng Shi-Zheng a dû raviver ses souvenirs et expliquer cette période de l'histoire, documents à l'appui, aux artistes engagés pour le spectacle, qui l'ignoraient parfois. "La venue en Chine de Nixon a changé la Chine et aussi ma vie."

Extraits de répétitions

Les Américains n'étaient donc pas des "démons"...
Chorégraphe, chanteur, acteur et metteur en scène, Cheng Shi-Zheng est pris en main dès son enfance par les grands maîtres de l'opéra chinois. Il a 9 ans quand Nixon visite la Chine : "J'ai vu un portrait de Nixon. Je n'avais jamais vu d'Américains de ma vie. Cela a été un choc de découvrir qu'ils étaient aussi des êtres humains. Nous avions l'habitude de les représenter comme des démons."

"Cette poignée de main" entre Mao et Nixon et le toast porté au président américain "ont semblé à cette époque irréels, comme une fiction", ajoute-t-il. "Soudain les Américains n'étaient plus nos ennemis et tout aussi soudainement ils devenaient nos amis", se souvient-il. Devenu adulte, Chen Shi-Zheng a décidé de partir aux USA. Il y vit depuis 20 ans.

Dans sa version de "Nixon in China", Chen Shi-Zheng a concocté une imposante chorégraphie de masse à l'arrivée de Richard Nixon (1913-1994) à Pékin. Selon lui, les responsables chinois avaient "fait d'immenses efforts pour plaire, pour impressionner les Américains. Ils voulaient montrer une Chine belle et propre. Alors même qu'elle était si pauvre. Je n'avais rien. Nous n'avions rien."

Un reportage du Théâtre du Châtelet sur les décors

Ne pas juger Mao
Dans sa mise en scène, il a voulu faire ressentir la violence cachée jusqu'à ce que les Américains assistent au "chaos" : "Soudainement, ils voient la vraie Chine." Mais Chen Shi-Zheng ne voulaut pas "juger" Mao (1893-1976), l'homme fort de la Chine à l'époque tourmentée. "Je voulais dire aux gens que Mao est encore présent. Il a sa statue dans de nombreuses villes chinoises et il a des partisans qui l'adorent dans sa ville natale."

Le metteur en scène, banni de Chine  pendant cinq ans pour l'un de ses opéras, estime qu'il ne pourrait pas y montrer son "Nixon in China". "C'est une question très sensible. Je ne crois pas que le pays est prêt à en parler. Quand j'étais jeune, l'art était de la propagande, ce n'était pas un mode d'expression personnel. Maintenant c'est juste quelque chose de commercial. Je pense que l'art n'a pas encore trouvé une place en Chine."

Chen Shi-Zheng interviewé pour le Châtelet

"Nixon in China"
Au Théâtre du Châtelet, à Paris, du 10 au 18 avril.
1, place du Châtelet
Paris 1er
Renseignements / réservations : 01 40 28 28 40