Lydia Jardon, le piano dans tous ses états

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 28/09/2009 à 11H05
Lydia Jardon, le piano dans tous ses états

Lydia Jardon, le piano dans tous ses états

© Culturebox

La pianiste Lydia Jardon sera en concert le 28 septembre à l'Athénée Théâtre à Paris. Au programme, du Mozart mais aussi un artiste russe peu connu du grand public, Nicolaï Miaskovsky. Rencontre avec une artsite qui partage sa vie entre moments de solitude et rencontres multiples. Lydia Jardon est en effet directrice de la maison de disque Ar Ré-Sé et créatrice d'un festival réservé au femmes musiciennes.

Lydia Jardon fait un peu figure d'exception dans l'univers musical car rare sont les femmes pianistes qui portent autant de casquettes à la fois ! Est-ce que ce sont les origines catalanes de cette belle brune qui lui donne autant d'énergie et de passion ? Toujours est-il qu'elle va au bout de ses projets. A 18 ans, elle est tombée amoureuse de Ouessant, "L'île aux femmes". En 1998, elle décide d'y créer un festival, "Musiciennes" à Ouessant. Mais la grande aventure, c'est celle de sa maison de disque, car il faut une bonne dose de courage pour se lancer dans cet univers "impitoyable".  C'est d'ailleurs parce qu'elle a connu elle -même des déboires avec deux petits labels dans les années 80 que Lydia Jardon a décidé de créer son propre société de production en 2001. Ar Ré-Sé ("celles là" en breton) n'est pas une usine à tube, loin de là. Le catalogue compte une douzaine d'enregistrements, soit un CD publié chaque année. Les ventes dépassent rarement les 3500 exemplaires et permettent juste de ne pas perdre d 'argent. Mais il semble que cet aspect des choses soit secondaire pour Lydia Jardon : "Le plus important" dit-elle "c'est la joie de faire et d'exister".