Les jeunes talents de l'Opéra de Lyon rayonnent dans "La Flûte enchantée"

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/06/2013 à 12H18
"La Flûte enchantée" à l'Opéra de Lyon

"La Flûte enchantée" à l'Opéra de Lyon

© PHOTOPQR/LE PROGRES/JEGAT MAXIME

On ne présente plus "La Flûte enchantée" ("Die Zauberflöte" en allemand), opéra du génie Mozart immortalisé par le film éponyme de Bergman. Lutte de la lumière contre les ténèbres, cette fable initiatique est l'un des opéras les plus joués au monde. Une manière pour l'Opéra de Lyon de clôturer la saison en beauté et de mettre en avant ses nouveaux talents, issus du cru rhodanien. Rencontre.

Sur grand écran samedi à Lyon et Paris
Samedi 6 juillet, l'une des représentations fera l'événement : un écran géant sera installé sur la Place des Terreaux à Lyon, dans une douzaine d'autres villes de Rhône-Alpes, mais aussi Paris, sur les berges de la Seine, pour une retransmission live de l'Opéra.

L'argument : Pamina, la fille de la Reine de la nuit, qui règne sur un monde de ténèbres, est enlevée par Sarastro, qui règne sur un royaume de lumière. Elle charge le jeune prince Tamino d'aller la délivrer au péril de sa vie. Il emmène alors Papageno l'oiseleur, un joyeux compagnon qui lui redonnera le sourire dans les moments de doute et devra affronter de multiples épreuves qui le conduiront à la sagesse, et à l'amour.

Pour incarner deux des principaux personnages, Papageno et Tamina, l'Opéra de Lyon a choisi deux jeunes gens issus du "Studio", tremplin pour l'insertion professionnelle des artistes prometteurs. Une première pour Guillaume Andrieux et Camille Dereux, très à l'aise dans des performances répétée depuis des mois.  

Reportage de O. Denoyelle, C. Cherry Pellat, M. Rifkiss, F. Rudolf
En route vers la gloire

Pas si facile d'interpréter les personnages principaux d'un monument de l'opéra devant une salle comble baignée par les ténèbres, qui fait étrangement penser à l'étoile noire de "Star Wars". Les artistes devront aussi composer en sachant qu'une image géante à leur effigie est retransmise en vidéo juste au dessus de leur tête.

Mais nos comédiens en herbe semblent relever le défi avec brio. Cerise sur le gâteau, grâce à l'immense coque noire suspendue où se trouve la scène, leur voix bénéficie d'une acoustique de premier choix. Le Studio, c'est un peu une grande famille. Mais les places se font chères. Sur 300 candidats, une petite vingtaine seulement pourra bénéficier des conseils de professionnels désireux de transmettre leur expérience. Idéal pour démarrer une carrière. 

Laisser éclore les Pavarotti de demain

Le Studio de l’Opéra de Lyon, créé en 2003, est l’héritier de l’Atelier d’interprétation vocale et dramatique (1982-1991) dirigé par Eric Tappy, et de l’Atelier lyrique (1991-1998) dirigé par Claire Gibault. Son objectif : concrétiser et affirmer la vocation d’insertion professionnelle de l’Opéra national de Lyon, notamment par une approche scénique et dramaturgique tournée vers la représentation publique. Les jeunes artistes prennent part à des productions scéniques, qui font partie intégrante des saisons lyriques de l’Opéra national de Lyon.
Pamina (Kristiane Kaiser) et Papageno (Thomas Weinhappel) en duo : "bei Männern, welche Liebe fühlen" / Extrait de "Die Zauberflöte"
La flûte enchantée de Wolfgang Amadeus Mozart
Jusqu'au 9 juillet 2013 à l'Opéra de Lyon