Le Quatuor Ebène enregistre un nouvel album

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/02/2011 à 16H33
Le Quatuor Ebène enregistre un nouvel album

Le Quatuor Ebène enregistre un nouvel album

© Culturebox

Le Quatuor à corde Ebène est de retour au studio de Villefavard pour l'enregistrement de son prochain album. Avec un choix de quatuors à corde de Mozart, ce disque sera un retour source plus classique après l'album "Fiction" sur lequel ces jeunes violonistes et violoncellistes interprétaient des standards du jazz, de la pop et des musiques de films. Pour clôturer cet enregistrement ils donneront un concert à Villefavard le 9 février 2011.

Elèves au Conservatoire National de Région de Boulogne-Billancourt, titulaires de prix internationaux, albums classiques encensés par la critique : derrière leur air de jeunes hommes sages, Pierre Colombet, Gabriel Le Magadure (aux violons), Mathieu Herzog (à l'alto) et Raphaël Merlin (au violoncelle) cachent un tempérament plus impétueux qu'il n'y paraît. Déjà, à l'issue de chacun de leurs concerts, le quatuor Ebène avait pris l'habitude de jouer en bis un morceau de musique qui n'appartienne pas au répertoire classique. De cette envie d'explorer d'autres univers, ils ont fait un album. Les quatre garçons ont arrangé eux-mêmes des "tubes comme "Streets of Philadelphia" de Bruce Springsteen, "Over The Rainbow", "Un jour mon prince viendra" (chanson de Blanche-Neige) ou encore la musique du film Pulp Fiction. Une escapade réussie vers la pop qui a connu le même succès que leurs  albums précédents, encensés par la critique et le public. Et par la presse étrangère. Voici le titre du New-York Times en mars 2009 : "Un quatuor à cordes classique qui peut sans peine se transformer en jazz band".
Avec ce prochain album, les 4 musiciens ont donc fait le choix de revenir à des interprétations plus classiques.

A Voir aussi dans Culturebox :
- French Kiss, le festival de musique française
- Le violoncelliste Yan Levionnois nommé aux Victoires de la musique 2011
- Lundis Kosma à Nice : la musique en héritage