Le festival électro Crossover fait un curieux détour par l'opéra de Nice

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/06/2013 à 14H46
"Nôze and the Bling Boom band" sur la scène de l'Opéra de Nice

"Nôze and the Bling Boom band" sur la scène de l'Opéra de Nice

© Capture d'écran Culturebox

La 5e édition du festival Crossover de Nice, à la croisée des musiques d'aujourd'hui et des formes d'art contemporaines, s'achève ce soir. Expérience inédite, trois groupes électro-pop se sont produits sous les ors et les dorures de l'opéra de Nice. Dans ce décor pour le moins atypique et un public très hétéroclite, ils ont pu faire découvrir leur son. Décalé.

C'est pas moins de trois groupes qui ont vécu cette expérience peu commune, se produisant devant un parterre de gens assis dans leur fauteuil, pour écouter une musique qui en principe invite plutôt à bouger.

Question son, l'acoustique de la salle est exceptionnelle mais peut-être y perd-t-on justement l'aspect fun et festif de l'électro. Mais bon, les habitués de l'opéra semblent avoir apprécié, à l'image d'une néophyte qui fermait les yeux, en osmose avec une musique parfois transcendentale. N'en déplaise aux puristes adeptes de boom-boom. 

Reportage de J. Sanna, B. Bobit, P. Millois, J. Juvigny :
La soirée a d'abord plongé les non initiés dans l'univers de "Mekanik Kantatik", homme-orchestre multiinstrumentiste et chanteur avec son électro très expérimentale et bien barrée ("assagie"  pour l'occasion). Puis "Nôze & The Bling Boom band " ont réalisé une performance léchée comme il se doit.

Pour conclure, le public a enfin pu vraiment se réveiller malgré l'heure tardive au son "hardcore" d'"Aufgang", trio mêlant musique classique et électro funk. Au final, une idée séduisante qui a permis un vrai melting pot entre différentes sensibilités musicales et un échange entre les générations. 
Aufgang - reprise de "Smells Like Teen Spirit" en mouv' session
Ne manquez pas ce soir le dernier concert du festival Crossover avec la hippie dance des "Pachanga Boys", l'électro rock de "Poni Hoax" et la deep house d'Orestt.