Le compositeur Lalo Schifrin reçoit un prix en Autriche

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 08/05/2012 à 12H06
Lalo Schifrin, en décembre 2011.

Lalo Schifrin, en décembre 2011.

© ADMEDIA/SIPA

L'immense et incontournable compositeur de musique de film Lalo Schifrin s'est vu décerner lundi en Autriche le Prix Max-Steiner (Max-Steiner Film Music Achievement Award) pour l'ensemble de son oeuvre. "C'est pour moi un grand honneur de recevoir ce prix précisément à Vienne, la capitale mondiale de la musique", a réagi le musicien argentin.

Son prix lui sera remis le 22 octobre à Vienne au cours du gala "Hollywood à Vienne" dans la grande salle du Konzerthaus.

Lalo Schifrin, qui fêtera ses 80 ans le 21 juin, s'est d'abord fait connaître pour ses compositions et arrangements de jazz, avant de faire carrière à Hollywood comme compositeur de film. Parmi la grosse centaine de ses oeuvres composées pour le cinéma, ont trouve notamment "Cincinnati Kid", "Bullitt", "Dirty Harry' et "Rush hour".

Mais aussi la musique des séries télévisées "Mission impossible", "Starsky and Hutch", "Mannix" et "Shrek". Il est titulaire de quatre Grammys, la plus importante distinction musicale américaine.

Le thème de "Mission Impossible" signé Lalo Schifrin

Musicien de jazz, compositeur classique et maître de la musique de film
Fils d'un violoniste de l'Opéra de Buenos-Aires, le Teatro Colon, Lalo Schifrin a fait ses études musicales à Buenos-Aires avec le père du chef d'orchestre et pianiste israélo-argentin Daniel Barenboim, avant de gagner ses premiers cachets comme pianiste de jazz dans des clubs parisiens, puis de fonder un grand orchestre dans la capitale argentine et de jouer aux côtés de son compatriote Gato Barbieri. Embauché comme pianiste au sein du quintette du trompettiste américain Dizzy Gillespie, il devient ensuite arrangeur des disques Verve (Stan Getz,  Sarah Vaughan, Count Basie...).

Installé à Hollywood au tout début des années 60, il écrit ensuite un nombre impressionnant de musiques de films ou de séries télévisées, tout en continuant son activité dans le jazz. Schifrin mène en parallèle une carrière de musicien "classique" comme chef d'orchestre et comme compositeur (“Invocations",”Concertos pour piano Nos. 1 & 2", “Pulsations", “Resonances”…).

Le thème de "Dirty Harry" signé Lalo Schifrin