Lame vocale ou l'âme des traditions musicales juives

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 25/06/2009 à 11H47
Lame vocale ou l'âme des traditions musicales juives

Lame vocale ou l'âme des traditions musicales juives

© Culturebox

Couple à la ville et couple sur scène, Léa Sarfati et Illya Amar
sont réunis pour un récital où se mêlent la voix de la soprano et le vibraphone du percussionniste. Un duo original qui puise ses influences dans ses racines : le judaïsme

C'est le prix "coup de coeur" du concours international de musique de chambre de la FNAPEC (Fédération nationale des associations de parents d'élèves des conservatoires). Lame Vocale joue désormais "dans la cour des grands" (c'est le nom d'une émission de France Musique à laquelle ils ont participé) et peut s'enorgueillir également de son titre de lauréat de la fondation CIMA en 2006 et 2007.
Leur répertoire intègre aussi bien des oeuvres classiques que des musiques populaires (espagnoles, brésiliennes, argentines ou américaines) qu'ils réarrangent à leur sauce. Leur dernier spectacle, présenté à Grenoble, reprend des mélodies hébraïques de Maurice Ravel et d'anciennes mélodies séfarades et ashkénazes, également revisitées, où l'on retrouve les échos des exils successifs d'un peuple migrateur. (découvrez aussi l'histoire de la langue Ladino)
Après Grenoble, c'est à New-York qu'ils feront escale en septembre prochain