La Folle Journée de Nantes 2012 s'achève avec 152.000 billets vendus

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/02/2012 à 08H53
Balalaikas Terem Quartet le 3 février à Nantes

Balalaikas Terem Quartet le 3 février à Nantes

© F.Perry/AFP

La 18e édition de La Folle Journée de Nantes, le plus important festival de musique classique de France, consacrée cette année au "Sacre Russe", soit 160 ans des plus grands compositeurs russes, s'est achevée dimanche avec 152.000 billets vendus, ont annoncé, lundi, les organisateurs.

"La Folle Journée parvient à rassembler un public toujours plus audacieux venant découvrir ce grand courant musical de 1860 à nos jours avec plus de 50% de concerts consacrés aux compositeurs du XXe siècle à partir de 1920", se félicitent les organisateurs. Cette année, avec 1.800 artistes présents, pas moins de 284 concerts payants ont été organisés mais aussi 37 concerts gratuits, 48 conférences, 18 représentations de théâtre musical et 20 concerts "hors les murs" (Université, maisons de quartier, centre de détention, communes de la métropole nantaise).

Sur les 156.000 billets disponibles, 152.000 billets ont été délivrés soit un taux de fréquentation de 97,4% (96% en 2011). Cette manifestation se distingue par la vente de billets à petit prix pour attirer tous les publics. Ainsi 10.000 personnes ont accédé à La Folle Journée avec un billet à 4,50 euros pour cette édition.

Dotée d'un budget de 4,54 millions d'euros, le festival se finance principalement grâce à ses 2,13 millions d'euros de billetterie (46,8% du budget). Le reste du budget est assuré par un million d'euros de la ville de Nantes, 200.000 euros de la région Pays-de-la-Loire, 80.000 euros de l'Etat (Drac), 50.000 euros du département de Loire-Atlantique mais aussi un million d'euros des partenaires privés.

En 2012, La Folle Journée se produira aussi à Bilbao du 2 au 4 mars, au Japon (dans cinq villes différentes) du 27 avril au 6 mai, puis du 28 au 30 septembre à Varsovie. En 2013 le festival consacrera sa 19e édition à "La musique française et espagnole de 1860 à nos jours, de Berlioz à Boulez en passant par de Falla et Albeniz qui ont beaucoup créé à Paris au début du 20e siècle, avec des clins d'oeil à Rameau et Couperin qui ont inspiré Ravel et Debussy", ont précisé les organisateurs.