"La Clémence de Titus" : testament musical de Mozart à l'opéra de Marseille

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 06/05/2013 à 17H12
La clémence de Titus à l'opéra de Marseille

La clémence de Titus à l'opéra de Marseille

© Capture d'écran Culturebox

"Les noces de Figaro", "Don Giovanni", "La flûte enchantée" ont toujours eu les faveurs du public. On connaît moins "La clémence de Titus", opéra en deux actes écrit en 6 semaines alors que Mozart est à l'agonie. L'opéra de Marseille sort le grand jeu pour présenter ce chef-d'oeuvre baroque que certains considèrent comme l'opéra le plus abouti du compositeur. A découvrir jusqu'au 12 mai.

Jugé trop conventionnel, "La clémence de Titus" a longtemps été l'un des moins aimés et des moins représentés de Mozart. Pourtant, on peut le voir comme un retour à une certaine forme de classicisme, une épure où s'allie noblesse et grandeur. Ecrit en 1791 dans le même temps que "La flûte enchanté" (présenté à Marseille en juin 2012) et que son requiem, Mozart a mis tout son savoir faire dans cet opéra qui sonne comme un testament musical du génie viennois. 

La dernière mise en scène en France de "La clémence de Titus"  date de 2011 à l'opéra d'Aix en Provance. En 2012, c'est le prestigieux Metropolitan Opera de New-York qui reprendra ce chef-d'oeuvre mozartien. Avec une distribution impeccable mettant aux prises le jeune ténor italien Paolo Fanale et la cantatrice Teresa Romano et une mise en scène haute en couleur de David Mc Vicar, l'opéra de Marseille redonne à ce magnifique opéra ses lettres de noblesse. Un bel hommage à un homme qui s'est offert corps et âme à la musique.

Reportage de J-M Bertrand, A. Poitevin, P. Arnold, C. Parès

L'argument

Vitellia, éprise de l'empereur Titus, apprend que ce dernier s'apprête à épouser Bérénice. Dévorée par la jalousie, elle convainc Sextus, son soupirant, de fomenter un complot contre l'empereur. Démasqué, Sextus protège Vitellia jusqu'à ce que celle-ci se confesse à Titus. Dans sa grande Clémence, l'empereur pardonne aux conjurés, forçant l'admiration de ses sujets. 

Entre opéra baroque et tragédie shakespearienne

Ecrit pour le couronnement de Léopold II à Prague, "La clémence de Titus" est un opéra dit seria, de tradition et de langue italienne, hérité de la tradition du XVIIIe siècle. Il présente des personnages nobles emportés par la passion et un sujet sérieux (en opposition à l'opéra buffa, dans une veine plus légère). Digne d'une tragédie grecque et proche des pièces dramatiques de Shakespeare, Macbeth en tête, "La clémence de Titus" met en scène une gigantesque conspiration visant à s'emparer du trône.

Pas étonnant quand on sait que Mozart a écrit son opéra à partir d'un livret de "Cinna (la clémence d'Auguste)" de Pierre Corneille, grand tragédien du XVIIe siècle. Entre amour, haine, trahison, ambition dévorante et désespoir, Mozart met en musique les tréfonds de l'âme humaine. Une écriture d'une grande complexité et d'une incroyable intensité alliée à un humanisme à toute épreuve qui ravira à coup sûr les amateurs du genre. 
 

La Clemenza di Tito: "Se all'impero" (Giuseppe Filianoti) au Metropolitan Opera de New-York (2012)

Dernières représentations : 
*Mardi 07 Mai à 20 h
*Vendredi 10 Mai à 20 h
*Dimanche 12 Mai à 14 h 30

Plus d'infos sur le site de l'Opéra de Marseille.