"Le ballet des ballets", disait Noureev, dont la version à Bastille atteint des sommets de perfection et de splendeur.

« Ballet des ballets », "La Belle au Bois dormant" demeure un des joyaux du patrimoine de la danse. Virtuosité, somptuosité des décors et costumes recréent la splendeur de l’un des plus brillants chefs-d’œuvre du répertoire.

Créée en 1890 au Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg, "La Belle au Bois dormant" est l’oeuvre conjuguée du chorégraphe Marius Petipa et du compositeur Piotr IlyitchTchaïkovski.
S’inspirant du conte de Charles Perrault, ils conçoivent un « ballet féerie » où s'entremêlent le rêve et la réalité, où fées et marraines, forces du bien et du mal, se disputent le sort de deux jeunes gens.
 
Il faut attendre 1989 pour que Rudolf Noureev remonte l’oeuvre pour le Ballet de l’Opéra d’après la chorégraphie originale.
Reprenant le découpage et la structure de la pièce, transmis par des générations de danseurs, il conçoit une chorégraphie éblouissante de virtuosité académique, entre fastueux ensembles et pas de deux. La somptuosité des décors et costumes imaginés par Ezio Frigerio et Franca Squarciapino recréent la splendeur de l’un des plus achevés et brillants chefs-d’oeuvre du répertoire classique.
 
Avec les Etoiles Eleonora Abbagnato, Mathieu Ganio, Mathias Heymann et Myriam Ould Braham ainsi que les
Premiers Danseurs et le Corps de Ballet de l'Opéra national de Paris.
 
L’Orchestre de l'Opéra est dirigé par Faycal Karoui.

Distribution

  • Date 11 décembre 2013
  • Durée 2h
  • Production FRA
  • Réalisation François Roussillon
  • Compositeur Piotr Ilyitch Tchaikovski
  • Chorégraphe Rudolf Noureev
  • Chef d'orchestre Faycal Karoui.
  • Orchestre Orchestre de l'Opéra National de Paris
  • Compagnie Corps de Ballet de l'Opéra national de Paris
  • Danseurs Eleonora Abbagnato , Mathieu Ganio, Mathias Heymann et Myriam Ould Braham