L'Opéra Comédie de Montpellier, rénové, rouvre le 25 mai

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 27/04/2012 à 10H06
Opéra Comédie de Montpellier, décembre 2010

Opéra Comédie de Montpellier, décembre 2010

© C.Lehenaff. AFP

Après 18 mois de travaux de rénovation de l'espace scénique, "le petit frère du Palais Garnier" de Paris rouvre ses portes le 25 mai, avec des concertos de Bach pour deux, trois et quatre claviers. Les travaux d'un coût de 14 millions d'euros - financés à 99% par Montpellier Agglo - ont permis de réhabiliter et de mettre en conformité l'espace scénique de 4.000 m2 sur 5 niveaux.

"On a tout démoli dans la salle ancienne qui était en bois mais n'était plus aux normes de sécurité", a expliqué Jean-Paul Scarpetta, directeur de l'Opéra-orchestre national de Montpellier. "On a maintenant une aire extraordinaire. Tout y est électrisé, mécanique". "On retrouve un théâtre comme au XVIIIe siècle mais dans une modernité absolue. C'est une scène qui va être aussi bonne que celle de l'Opéra Garnier", s'enthousiasme-t-il, insistant sur le rideau refait à l'identique grâce à des dessins retrouvés. "Mon travail d'architecte a été de faire entrer les nouvelles techniques scénographiques dans ce monument historique, d'être un passeur entre des fonctions modernes et un bâtiment du patrimoine", précise Dominique Deshoulières.

Cette rénovation a été faite sous la conduite du cabinet Deshoulières et Jeanneau et associé au scénographe Thierry Guignard. Parmi les améliorations de la scène, un monte-décors de grande dimension a été installé, des liaisons dans la cage de la scène créées et des ascenseurs installés. Les peintures, les dorures, les tentures de plafonds et les murs d'avant-scène ont été restaurés.

Cet opéra érigé en 1755 a subit de nombreuses vicissitudes: détruit par un incendie, il fut reconstruit à l'identique en 1788, brûla à nouveau en 1881 et fut reconstruit. L'Opéra Comédie, oeuvre de Joseph Marie Cassien Bernard, élève de Charles Garnier, fut inauguré en 1888. A l'intérieur, on peut admirer la statue originale des Trois Grâces d'Antoine, dont la copie trône à l'extérieur devant l'entrée, sur la place de la Comédie.

Montpellier disposera de 2 salles pour l'art lyrique et la musique classique
Avec le retour de l'Opéra Comédie (1.200 places contre 1.900 au Palais Garnier à Paris), devenu Opéra national de Région en 2002, Montpellier dispose, avec l'Opéra Berlioz, au Corum (2.010 places), de deux grandes salles pour l'art lyrique et la musique classique. "Le Corum sera dédié aux spectacles plus contemporains et plus grandioses. La Comédie est plus intime. On y donnera la Traviata, Les noces de Figaro de Mozart' ajoute Jean-Paul Scarpetta.