"L'Enlèvement au Sérail" de Mozart vu par Waut Koeken à l'Opéra National du Rhin

Par @Culturebox
Mis à jour le 06/12/2016 à 06H30, publié le 11/05/2011 à 10H13
"L'Enlèvement au Sérail" de Mozart vu par Waut Koeken à l'Opéra National du Rhin

"L'Enlèvement au Sérail" de Mozart vu par Waut Koeken à l'Opéra National du Rhin

© Culturebox

L'Opéra National du Rhin à Strasbourg présente du 11 mai au 2 juin 2011 "L'Enlèvement au Sérail" de Mozart dans une mise en scène signée du belge Waut Koeken. La direction artistique est assurée par Rinaldo Alessandrini.   

Avec cet "Enlèvement au Sérail" à Strasbourg, Waut Koeken fait ses premiers pas en France, même si le public hexagonal a déjà pu avoir un aperçu de son talent en décembre 2009 à Colmar où était présentée sa version de "Aladin et la lampe merveilleuse" de Nino Rota. Waut Koeken a découvert l'opéra à l'âge de 14 ans, "un véritable coup de foudre" reconnaît-il. Mais c'est la philosophie qu'il a choisi d'étudier, dans le but d'enseigner ou de faire de la recherche. Pour financer ses études, il a trouvé des petits boulots à l'opéra où il fut tour à tour, machiniste, accessoiriste, sonorisateur, directeur de production, décorateur et dramaturge ! Son apprentissage, il l'a fait en observant toutes les répétitions depuis les coulisses. Quant à la philosophie, elle lui sert aujourd'hui à suivre et étudier les méandres des personnages qu'il met en scène. Pour cet "Enlèvement au Sérail", il a voulu dépasser "le contexte orientalisant" qui a souvent collé à cette oeuvre maintes fois reprise, chaque version témoignant de la fascination des européens pour l'Orient. Waut Koeken a choisi une forme de sobriété, s'attachant davantage aux caractères profonds des six personnages principaux, prisonniers de l'amour : "j'ai voulu rendre hommage" explique t-il, "au drame intérieur tel que l'a écrit Mozart, en soulignant la gravité qui se cache derrière la légèreté de cet Orient de fantaisie".  Le public strasbourgeois pourra à nouveau retrouver Waut Koeken à l'Opéra National du Rhin pour lequel il mettra en scène "La Chauve-Souris", une des plus célèbres opérettes de Johann Strauss fils.

A voir sur Culturebox, la fascination pour l'Orient :
Jean-Léon-Gerôme-au-musee-d'Orsay
Le-génie-de-l'orient-au-musée-des-beaux-arts-de-Lyon
l'orchestre-national-de-Montpellier-s'offre-le-stade-de-france-avec-Aida